Sarkozy et les juges - 20 Juin 2013

Des révélations sur l'arbitrage Tapie-Crédit lyonnais au dossier Bettencourt, en passant par le scandale provoqué par l'affaire Cahuzac, les affaires politico-judiciaires en cours ont connu de nombreux rebondissements ces derniers jours. Retour sur ces feuilletons judiciaires.

Source : http://www.youtube.com/watch?v=Ugw1YtSNPgU

Le suspense se poursuit. Ce jeudi 20 juin 2013, la Cour de cassation s'est déclarée incompétente pour décider du dessaisissement des trois juges bordelais qui instruisent l'affaire Bettencourt, estimant que la demande relevait de la cour d'appel de Bordeaux.

La plus haute juridiction française ne lève donc pas l'incertitude qui pesait sur l'avenir de la procédure. Elle avait été saisie d'une requête au nom de sept mis en examen, après la révélation de liens privilégiés entre l'un des magistrats et une experte mandatée lors de l'instruction. Parmi eux figurent l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, l'ex-ministre Eric Woerth, l'ex-gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal Patrice de Maistre et l'artiste François-Marie Banier.

Cette requête s'appuyait notamment sur des éléments révélés fin mai par le quotidien Le Parisien. Ils indiquaient que Sophie Gromb, une des expertes ayant conclu à l'état de faiblesse de Liliane Bettencourt depuis septembre 2006, avait été témoin en 2007 au mariage du juge Jean-Michel Gentil, l'un des trois magistrats instructeurs.

Les représentants de la défense ne renoncent toutefois pas. Ce jeudi, Patrice Spinosi, l'avocat des mis en examen dans ce dossier a d'ores et déjà indiqué qu'une requête en récusation serait déposée, en début de semaine prochaine, contre chacun des trois juges bordelais, Jean-Michel Gentil, Cécile Ramonatxo et Valérie Noël.

En outre, une autre décision est attendue dans ce dossier. Les avocats des mis en examen attendent en effet l'audience du 2 juillet prochain devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux. Elle examinera ces éléments nouveaux et dira s'ils sont de nature à entraîner ou non l'annulation de la procédure.

La bataille judiciaire se poursuit dans la tentaculaire affaire Bettencourt, alors que les révélations se succèdent dans le dossier Tapie-Crédit Lyonnais et que les témoignages s'accumulent sur la partialité du juge Estoup. Avec en ligne de mire politique, l'ancien chef d'Etat, Nicolas Sarkozy.

Invités : Raphaëlle Bacqué - Christophe Barbier - Laurent Valdiguié - Daniel Soulez Larivière

Tapie Sarkozy juge Karachi Bettencourt


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site