Outreau bis bis bis bis: l'étouffoir continue - 6 Juillet 2013

On dénonce souvent ici les mensonges médiatiques. L'affaire Outreau bis bis bis va me permettre de montrer comment on s'y prend pour étouffer une affaire dans l'oeuf.

Tous les jorunalistes ne sont pas de vils supporters des pédophiles, mais souvent ils sont fainéants: ils se contentent de répéter ce que disent les meneurs, tels que Stéphane Durand-Soufflant du Figaro, qui chapeaute les journalistes de la presse judiciaire et donne des cours de déontologie à Jacques Thomet, tout en refusant d'informer correctement ses lecteurs.


L'affaire Outreau bis par Ptite_Mule

Le public pensait qu'Outreau, c'est fini. Rien de plus faux. Le procès en appel s’est achevé en novembre 2005 : 12 enfants ont été reconnus victimes, 13 acquittés, 4 coupables. Il n’y a besoin d’avoir fait polytechnique pour comprendre que le compte n’y est pas, surtout quand on sait que les quatre cas sociaux vivant des allocs qui ont été condamnés l’étaient aussi pour proxénétisme. Qui payait pour avoir les enfants ? La vérité judiciaire ne le dit pas.

C’est là aussi qu’il faut rappeler qu’un acquittement ne signifie pas innocence[1].

Bref, depuis novembre 2005, Outreau est censé être terminé. Pas pour les victimes, reconnues ou pas. Celles qui ont parlé sont confrontées à moult problèmes administratifs et/ou judiciaires. Toutes sont restées traumatisées.

Mais, il faut savoir qu’il y a eu un Outreau bis, un Outreau ter, le procès des Lavier, et celui de Legrand, qui va arriver. Autant d’innocents qui, bizarrement, doivent répondre de faits similaires à ceux qui ont débouché sur leurs acquittements.

mcinterview
1. Il faut savoir qu’une adolescente, la fille d’un des acquittés, a dénoncé des viols commis par quasiment tous les hommes de la famille. Par le miracle judiciaire, il n’y a pas eu de procès : on n’a gardé comme coupables potentiels que les deux qui étaient décédés. N’empêche, les viols dans cette famille continuent, à une échelle pathologique. Et les victimes d’hier, jamais reconnues et encore moins aidées, pourraient bien à leur tour, une fois adultes, devenir des sadiques.

 

2. Il y a eu aussi le procès de la famille Danger, en 2006. Leurs enfants accusaient le couple Delay, mais aussi certains acquittés, comme le curé. A l’époque du procès d’Outreau, plusieurs membres de cette famille avaient été envoyés en taule.

Trois frères Danger étaient en couple avec trois sœurs[2], et au total 11 enfants sont nés de ces unions. Et certains de ces enfants accusaient les 6 adultes de viols, filmés par la grand-mère.  De fait, les enfants montrent des comportements hyper sexualisés, et parlent, notamment de viols collectifs, aux familles chez qui ils sont placés. Des experts les estiment crédibles.

Hélas, l’affaire, au lieu d’être dépaysée, a été jugée à Saint Omer. Et encore, il était prévu de laisser trainer ce procès ad vitam eternam, comme pour Legrand.

Ainsi, l’Express nous explique : « Prévu en juin 2004, le procès des Danger avait déjà été reporté au mois d'octobre à cause de celui de Saint-Omer, puis ajourné "sine die" ? Motif officiel: surcharge d'audiences à la cour d'assises. Motif officieux, selon Me Jérôme Crepin, défenseur de Sylvain Danger: "La justice craignait un deuxième cataclysme, dans la foulée du premier ». Du coup, les victimes peuvent toujours attendre que la justice passe : la justice a décidé de les nier. Pourquoi ? Soi-disant pour ne pas faire de vagues, mais quelles vagues ? Une vague qui remettrait en cause les acquittements ?


L'affaire Outreau bis par Ptite_Mule

Pourtant, les enfants Danger, placés, ont évoqué dès 1999 les violences sexuelles commises par la famille. C’est-à-dire avant que les enfants Delay ne commencent à parler.

Là aussi, on a largement laissé s’exprimer les avocats des accusés, jamais ceux des victimes. Les médias ont complaisamment laissé les accusés dire leur innocence, dans les grandes largeurs.
Au final, les accusés Danger ont été libérés dans même un contrôle judiciaire, avant le procès.

danger1 copiePourtant, selon le document D1959 du dossier Outreau, c’est-à-dire l’audition de la codétenue de l’une des trois sœurs qu’on appellera X., celle-ci serait « une femme très maligne, très intelligente, qui joue les naïves »[3].  X. lui aurait déclaré qu’elle nierait tout devant le juge, et surtout elle aurait admis avoir commis des attouchements et même violé sa fille et un neveu, et que son mari enfonçait bien des bâtons dans les fesses de ses enfants, comme ceux-ci l’ont déclaré.

La codétenue explique encore que son mari (Y), lui écrivait des lettres en prison, lui disant de tout nier. Ces lettres ont-elles été interceptées ?

X aurait déclaré que Y. « faisait partie d’un réseau pédophile, qu’il prenait les enfants dans ce but pour la journée jusqu’au soir », puis il emmenait les enfants « chez une femme. La récompense était de l’argent ou des provisions». Y et son frère, apparemment, faisaient beaucoup de « cassettes vidéo pédophiles ». X aurait même précisé « heureusement que les cassettes ont été dégagées avant l’arrivée de la police ». Qui, il est vrai, a mis plusieurs mois avant d’interpeller tout le monde, ce qui a largement laissé le temps de détruire les nombreux indices.

Le témoin ajoute : « c’est parce que la fillette [la fille de X et Y] ne se prostituait pas que [X], je ne sais pas exactement pourquoi, mais par sadisme surement, la faisait souffrir jusqu’aux pleurs ». Elle ajoute qu’elle et la troisième détenue n’en pouvaient plus d’entendre des choses pareilles : « nous l’engueulions et l’obligions à se taire ». Il semble encore que X avait une dent contre son cher mari parce qu’il ne voulait pas l’emmener « dans ses sorties pédophiles ».

Comme je l’ai dit, selon le document D1972, l’un des enfants de cette bande infernale a aussi accusé l’un des autres acquittés : « il a baissé son pantalon et son slip et mis son sexe dans mon derrière. Il ne m’a pas embrassé. Cela se passait dans sa chambre ».

Jugés en 2006, les six ont d’abord été condamnés à deux ans de prison, pour corruption de mineur, parce que la justice a laissé tomber les 35 viols et 45 agressions sexuelles dont il était question au départ. Pour leur défense au procès en appel, on retrouve Me Berton, qui était l’avocat de Marécaux, et qui cette fois a du prendre l’aide juridictionnelle... Mais, ils ont perdu, puisqu’il y a eu un acquittement d’une accusée, deux hommes ont pris six ans de prison, deux autres ont pris quatre ans et la dernière à quatre ans. Ils avaient déjà fait près de trois ans de préventive et sont repartis libres du tribunal.

imagesmlkl

3. il faut aussi parler du procès des Lavier. En 2011 le couple Lavier a été placé en garde à vue après que deux des enfants soient partis en pleine nuit se réfugier chez l’assistante maternelle qui s’était occupée d’eux pendant les procès d’Outreau. Ils ont dénoncé des violences, des négligences, et ont raconté des scènes sexuelles explicites dans lesquelles les adultes se laissent aller devant les enfants.

Comme par hasard, le tribunal n’a pas retenu l’accusation de corruption de mineur[4], malgré les nombreuses vidéos équivoques retrouvées dans l’ordinateur familial. On a seulement retenu les maltraitances, et le couple a été condamné à  de la prison avec sursis[5]. Même la mère de lavier, qui comparaissait avec deux de ses frères, a été choquée de l’impunité dont bénéficie son fils depuis l’affaire Outreau.

« Quelques jours après l'énoncé du verdict, Bernadette Lavier, mère de Franck, se dit extrêmement « déçue » de la sanction prononcée par le tribunal de Boulogne-sur-Mer, à l'encontre de son fils et de sa belle-fille Sandrine. « Ils ont respectivement écopé de huit et de dix mois de prison avec sursis, pour les faits de violences sur leurs enfants, commente la mère de famille. Je trouve la peine bien légère au regard des preuves et du résultat des examens médicaux . Depuis l'affaire d'Outreau, Sandrine et Franck sont de toutes façons protégés. Ce ne sont plus des citoyens lambda », écrivait la quotidien local La Semaine dans le Boulonnais.

En dehors de cela, les enfants vivaient dans des chambres sales et sans jouets, mais équipées de caméras de vidéo surveillance. Des photos montrant l’ampleur des maltraitances ont été montrées durant le procès, les expertises étaient à charge, mais en sortant, Lavier trouve que sa condamnation à 18 mois de sursis, c’est « un peu excessif ». De fait, on a seulement reconnu qu’ils n’avaient « pas protégé leurs enfants ». Lui aussi était défendu par Me Franck Berton, l’ex avocat de Marécaux et même des Danger, qui intervient aujourd’hui pour Daniel Legrand.

outreau_acquittes20060119On se rend compte que pour ne pas remettre en cause la vérité judiciaire d’Outreau, il faut absolument que les acquittés restent innocents. Il ne faut surtout pas qu’un coin du voile se lèvre. Parce que, si six des acquittés sont coupables, pourquoi pas les autres ? Cela, la justice de ce pays ne veut pas du tout que l’opinion se le demande.

Alors, elle méprise les petites victimes, quitte à les bafouer une deuxième fois. C’est exactement ce qu’il est en train de se passer pour les frères Delay, qu’on essaie à tort d’impliquer dans l’affaire Legrand.

 

4. L’affaire Legrand

Le 20 juin, France 3 Nord Pas de Calais nous gratifiait d’un titre qui résume bien l’ambiance : « Affaire d’Outreau : Daniel Legrand doit-il être jugé une nouvelle fois ? ».

Legrand n’a pas encore été jugé pour ces faits, qui sont antérieurs aux faits qui l’ont envoyé en procès en 2004 et 2005. Ils concernent certes les mêmes victimes, et se sont produits alors que Legrand était encore mineur, c'est-à-dire avant 1999, dans une autre ville.

Pourquoi alors parler de le rejuger ?  Depuis 10 ans, les victimes attendent ce procès qui ne vient pas. Des faits qui ont été mis de côté à l'époque et qui devraient enfin être discutés dans un tribunal.

Le 3 juillet, le Figaro, où opère Durand Soufflant, co auteur du livre de Dupont Moretti « Bête noire », (Moretti était l’avocat de la boulangère et de Daniel Legrand fils à Outreau), enchaîne : « Outreau : trois victimes boycottent le futur procès ».

Quelles victimes ? Les frères Delay, qui sont trois de la presque vingtaine de victimes concernées.

Qui est allé les chercher ? Pourquoi ? Qui paie l’avocat qui a organisé cette conférence de presse, au cours de laquelle on ne sait toujours pas ce qui a été dit malgré les nombreux articles qui prétendent s’en faire l’écho.

img_3106Tout cela sent l’instrumentalisation. Ca pue.

Le Figaro nous dit « 12 ans après l’éclatement de l’affaire, ils ne veulent plus entendre parler d’Outreau ». Ah bon ? C’est sûrement pour cela que Chérif était présent dans le sud aux conférences de Jacques Thomet, et qu’il s’est accusé du meurtre d’une fillette en janvier. C’est sûrement pour cela qu’il continue à dénoncer les faits qu’il a subis, malgré les attaques contre lui visant à le décrédibiliser.

L’article (non signé) fait aussi l’amalgame entre les faits commis par Legrand une fois adulte et lorsqu’il était mineur, comme s’ils faisaient partie de la même affaire.

Le Figaro avait qualifié de « théorie du complot » le documentaire de Serge Garde, qui expose ces deux vérités judiciaires contradictoires : 12 victimes, et seulement 4 coupables. Ce documentaire montre comment le procès a été fait a minima : de 40 adultes concernés, on n’en a gardé que 19, d’une soixantaine de victimes potentielles, il n’en est resté que 12.

Dire cela, pour Le Figaro, c’est donc de la « théorie du complot ». Je retourne le compliment : qui aujourd’hui accuse d’un complot contre les acquittés ? Qui veut faire croire que la vérité judiciaire était bien la vérité ? Qui créé l’omerta sur cette affaire ? Pour moi, le complot est à chercher du côté de la clique médiatico judiciaire qui ne veut pas lâcher son petit monopole sur l’affaire Outreau.

Encore une fois, par contre, Durand Soufflant laisse largement la parole à l’avocat de l’accusé, qui trouve que ce procès est « une monstruosité ». Je suis d’accord : comment peut-on admettre que des victimes doivent attendre 10 ans avant d’avoir justice ? Et encore, si une association ne s’en était pas occupée, malgré des tentatives de blocages de la part de certains pseudo défenseurs des enfants en robe noire, eh bien les victimes auraient pu faire une croix sur ce procès. Durand Soufflant colle même un sous-titre « Les mêmes faits et les mêmes victimes », ce qui est un pur mensonge. Mais, Durand Soufflant n’en est plus à un mensonge près concernant l’affaire Outreau.

484663_480616081975043_836130279_nAutant dire qu’il va être facile de dénoncer la France devant la cour européenne des droits de l’homme, dès que les recours auront été épuisés.

On notera aussi que les médias qui ont parlé de cette conférence de presse, comme Le Parisien ou le Figaro, ont absolument refusé de parler du livre de Jacques Thomet (inattaquable puisque le délai de prescription est passé), et même du documentaire de Serge Garde. Sauf pour dire qu’il s’agit de « théories du complot ». Je trouve bizarre que ces médias désinformateurs se jettent sur les frères Delay aujourd’hui. Je trouve même cela inquiétant pour la vérité.

Le but est clair : ruiner la légitimité du procès contre Legrand.

Et que dire de ces dix avocats pénalistes réputés, qui ont défendu les acquittés en 2005, et qui viennent à la rescousse de Legrand ? Qui les paie ? Legrand n’est que balayeur, et il a dépensé dans la drogue tout l’argent qu’il avait touché suite à son acquittement[6], soit 250.000 euros.

Dupont Moretti rempile, sans cacher sa surprise : « Le premier témoin qu'on fera citer, c'est le procureur général (à l'époque de l'affaire), qui nous a réunis dans son bureau pour nous affirmer que jamais cette affaire ne viendrait à l'audience », a-t-il dit. Ah bon ? Parce que le procureur général, chargé d’assurer les poursuites, a déclaré que l’affaire ne viendrait « jamais » à l’audience ? Une belle sanction disciplinaire devrait l’attendre, mais on en est en France, et la loi n’est valable que pour les clampins.

de-janvier-a-avril-2006-la-commission-d-enquete-parlementaire-presidee-par-andre-vallini-a-auditionne-221-personnes-photo-dl-archivesIl y a des lois, et les magistrats sont en principe là pour les faire appliquer, pas pour distribuer des passe droits. Sauf que ça, apparemment, c'est dans un monde idéal, dans les livres de droit, mais pas dans la réalité.

Si l’on reprend le dossier, à la côte D 2228, on tombe sur un compte rendu dans lequel il est écrit au sujet de Daniel Legrand fils : « En marge du dossier de pédophilie, le Commissariat de Boulogne diligentait une enquête distincte pour agressions sexuelles mettant en cause les deux LEGRAND, suite aux révélations » d’un enfant de la famille, placé entre temps de même que sa sœur, qui a assisté aux faits et a également subi des attouchements.

Enfin, n’oublions pas que c’est bien Daniel Legrand qui avait dénoncé à plusieurs reprises le meurtre d’une petite fille par l’un des condamnés, en présence d’acquittés. Il l’avait dit à France 3, au juge Burgaud, à un expert psy… Mais, cette affaire est vite passée à la trappe faute de temps pour rechercher des preuves. Et quatre mois plus tard, legrand s’est rétracté.

 

------------------------

Pour conclure sur l’intoxication d’Outreau, un simple fait : André Vallini, qui a dirigé l’étouffoir de la commission d’enquête sur Outreau[7] (avant même que la totalité des procès bis n’ait eu lieu), se fait aujourd’hui le chantre de la défense des enfants. Il serait même pressenti pour devenir ministre de la Justice, ce qui n’est pas sans rappeler la nomination d’un certain Dominique Baudis au poste de défenseur des droits des enfants. Vallini avait réclamé que les acquittés et leurs avocats soient présents à la commission, mais il a juste oublié d’inviter les victimes !

Vallini a aussi applaudi la sortie du film de Marécaux  « Présumé Innocent », dans lequel on le fait passer pour un innocent. Alors qu’il a dit lui-même à son fils, en plein tribunal, « je suis coupable, mais à cette époque je ne savais plus où j’en étais ».

Source : http://nemesistv.info/video/968A185R9X63/discussion-sur-les-reseaux-pedocriminels-juillet-2013-partie-01#sthash.Ui9HmaIT.dpbs

continue étouffoir bis Outreau


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site