Océans Poubelles : sur la Pollution radioactive en immergeant des déchets dans des bidons soit disant étanches, jusqu'en 1993 - Avril 2013

Immerger des fûts de matières irradiées en pleine mer semble aujourd'hui scandaleux, mais cette technique a été par le passé considérée comme une forme de stockage scientifiquement justifiée : la radioactivité des déchets déposés à plus de 4 500 mètres de profondeur était censée s'éliminer par dilution.

Il est désormais admis qu'elle ne fait que se répandre de manière incontrôlée.

Dans quel état sont aujourd'hui ces barils, dont même les autorités ne connaissent pas la localisation exacte ?

Source : http://www.youtube.com/watch?v=XANm9QASfrU

« Océans Poubelles » sur la Pollution radioactive

On connaît bien la pollution plastique, la pollution bactériologique, ou encore la pollution chimique de la mer. Mais il est une pollution océanique dont on parle très peu et qui pourtant existe: la pollution radioactive. Ce documentaire allemand de Thomas Reutter et Manfred Ladwig intitulé « Océans Poubelles » diffusé sur ARTE le mardi 23 Avril 2013 a le courage de s’attaquer à ce dossier brûlant.

dechets-radioactifs-greenpeace-e1366838411482

Même si cela paraît fou, des fûts radioactifs ont bien été rejetés dans des fosses sous-marines pendant des années. 100.000 tonnes de déchets radioactifs auraient ainsi été immergés au fond des océans, notamment au large des côtes françaises et européennes.

Interdits depuis 1993, en partie grâce au travail de sensibilisation du grand public par les activistes de Greenpeace, ces fûts en acier ne se sont pas volatilisés pour autant puisqu’il semblerait que certains soient rongés par la rouille et relarguent des éléments radioactifs dans le milieu marin, avec le risque de s’intégrer dans la chaîne alimentaire.

Que peut-on faire pour y remédier vu qu’on ne connaît ni la localisation, ni la quantité, ni la radioactivité exacte des rejets effectués à l’époque ? Et qu’il ne semble pas y avoir d’empressement à aller vérifier au fond de l’océan si des fûts y sont toujours (ce que semblent confirmer les auteurs du documentaire), et encore moins d’aller les récupérer…

Après avoir vu ce documentaire, on comprend mieux la nécessité de contrôler la contamination radioactive des produits de la mer, comme ce fut le cas avec les thons rouges radioactifs de Fukushima pêchés en Californie. Il faudrait également se préoccuper davantage de l’état de santé des populations vivant à proximité des centrales nucléaires chez qui on suspecte une augmentation de l’incidence des leucémies et d’autres cancers.

Ce documentaire pose également la question de la sécurité des plages à proximité immédiate des centrales nucléaires ou des sites des rejets de déchets radioactifs en mer.

Ce documentaire fait intervenir des scientifiques, des responsables politiques, de l’énergie atomique, des activistes…

 Source : http://actuwiki.fr/film/19489

Même si cela paraît fou, des fûts radioactifs ont bien été rejetés dans des fosses sous-marines pendant des années. 100.000 tonnes de déchets radioactifs auraient ainsi été immergés au fond des océans, notamment au large des côtes françaises et européennes.

Interdits depuis 1993, en partie grâce au travail de sensibilisation du grand public par les activistes de Greenpeace, ces fûts en acier ne se sont pas volatilisés pour autant puisqu’il semblerait que certains soient rongés par la rouille et relarguent des éléments radioactifs dans le milieu marin, avec le risque de s’intégrer dans la chaîne alimentaire.

Que peut-on faire pour y remédier vu qu’on ne connaît ni la localisation, ni la quantité, ni la radioactivité exacte des rejets effectués à l’époque ? Et qu’il ne semble pas y avoir d’empressement à aller vérifier au fond de l’océan si des fûts y sont toujours (ce que semblent confirmer les auteurs du documentaire), et encore moins d’aller les récupérer…

Après avoir vu ce documentaire, on comprend mieux la nécessité de contrôler la contamination radioactive des produits de la mer, comme ce fut le cas avec les thons rouges radioactifs de Fukushima pêchés en Californie. Il faudrait également se préoccuper davantage de l’état de santé des populations vivant à proximité des centrales nucléaires chez qui on suspecte une augmentation de l’incidence des leucémies et d’autres cancers.

Ce documentaire pose également la question de la sécurité des plages à proximité immédiate des centrales nucléaires ou des sites des rejets de déchets radioactifs en mer.

Ce documentaire fait intervenir des scientifiques, des responsables politiques, de l’énergie atomique, des activistes… A regarder avant que la vidéo ne soit plus disponible en ligne.

- See more at: http://actuwiki.fr/film/19489#sthash.91UJwRKA.dpuf
On connaît bien la pollution plastique, la pollution bactériologique, ou encore la pollution chimique de la mer. Mais il est une pollution océanique dont on parle très peu et qui pourtant existe: la pollution radioactive. Ce documentaire allemand de Thomas Reutter et Manfred Ladwig intitulé « Océans Poubelles » diffusé sur ARTE le mardi 23 Avril 2013 a le courage de s’attaquer à ce dossier brûlant. - See more at: http://actuwiki.fr/film/19489#sthash.91UJwRKA.dpuf

On connaît bien la pollution plastique, la pollution bactériologique, ou encore la pollution chimique de la mer. Mais il est une pollution océanique dont on parle très peu et qui pourtant existe: la pollution radioactive. Ce documentaire allemand de Thomas Reutter et Manfred Ladwig intitulé « Océans Poubelles » diffusé sur ARTE le mardi 23 Avril 2013 a le courage de s’attaquer à ce dossier brûlant.

dechets-radioactifs-greenpeace-e1366838411482

Même si cela paraît fou, des fûts radioactifs ont bien été rejetés dans des fosses sous-marines pendant des années. 100.000 tonnes de déchets radioactifs auraient ainsi été immergés au fond des océans, notamment au large des côtes françaises et européennes.

Interdits depuis 1993, en partie grâce au travail de sensibilisation du grand public par les activistes de Greenpeace, ces fûts en acier ne se sont pas volatilisés pour autant puisqu’il semblerait que certains soient rongés par la rouille et relarguent des éléments radioactifs dans le milieu marin, avec le risque de s’intégrer dans la chaîne alimentaire.

Que peut-on faire pour y remédier vu qu’on ne connaît ni la localisation, ni la quantité, ni la radioactivité exacte des rejets effectués à l’époque ? Et qu’il ne semble pas y avoir d’empressement à aller vérifier au fond de l’océan si des fûts y sont toujours (ce que semblent confirmer les auteurs du documentaire), et encore moins d’aller les récupérer…

Après avoir vu ce documentaire, on comprend mieux la nécessité de contrôler la contamination radioactive des produits de la mer, comme ce fut le cas avec les thons rouges radioactifs de Fukushima pêchés en Californie. Il faudrait également se préoccuper davantage de l’état de santé des populations vivant à proximité des centrales nucléaires chez qui on suspecte une augmentation de l’incidence des leucémies et d’autres cancers.

Ce documentaire pose également la question de la sécurité des plages à proximité immédiate des centrales nucléaires ou des sites des rejets de déchets radioactifs en mer.

Ce documentaire fait intervenir des scientifiques, des responsables politiques, de l’énergie atomique, des activistes… A regarder avant que la vidéo ne soit plus disponible en ligne.

- See more at: http://actuwiki.fr/film/19489#sthash.91UJwRKA.dpuf

On connaît bien la pollution plastique, la pollution bactériologique, ou encore la pollution chimique de la mer. Mais il est une pollution océanique dont on parle très peu et qui pourtant existe: la pollution radioactive. Ce documentaire allemand de Thomas Reutter et Manfred Ladwig intitulé « Océans Poubelles » diffusé sur ARTE le mardi 23 Avril 2013 a le courage de s’attaquer à ce dossier brûlant.

dechets-radioactifs-greenpeace-e1366838411482

Même si cela paraît fou, des fûts radioactifs ont bien été rejetés dans des fosses sous-marines pendant des années. 100.000 tonnes de déchets radioactifs auraient ainsi été immergés au fond des océans, notamment au large des côtes françaises et européennes.

Interdits depuis 1993, en partie grâce au travail de sensibilisation du grand public par les activistes de Greenpeace, ces fûts en acier ne se sont pas volatilisés pour autant puisqu’il semblerait que certains soient rongés par la rouille et relarguent des éléments radioactifs dans le milieu marin, avec le risque de s’intégrer dans la chaîne alimentaire.

Que peut-on faire pour y remédier vu qu’on ne connaît ni la localisation, ni la quantité, ni la radioactivité exacte des rejets effectués à l’époque ? Et qu’il ne semble pas y avoir d’empressement à aller vérifier au fond de l’océan si des fûts y sont toujours (ce que semblent confirmer les auteurs du documentaire), et encore moins d’aller les récupérer…

Après avoir vu ce documentaire, on comprend mieux la nécessité de contrôler la contamination radioactive des produits de la mer, comme ce fut le cas avec les thons rouges radioactifs de Fukushima pêchés en Californie. Il faudrait également se préoccuper davantage de l’état de santé des populations vivant à proximité des centrales nucléaires chez qui on suspecte une augmentation de l’incidence des leucémies et d’autres cancers.

Ce documentaire pose également la question de la sécurité des plages à proximité immédiate des centrales nucléaires ou des sites des rejets de déchets radioactifs en mer.

Ce documentaire fait intervenir des scientifiques, des responsables politiques, de l’énergie atomique, des activistes… A regarder avant que la vidéo ne soit plus disponible en ligne.

- See more at: http://actuwiki.fr/film/19489#sthash.91UJwRKA.dpuf

nucléaire Uranium radioactive pollution Poubelle océan


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site