Marinaleda : utopie démocratique ou rempart contre la finance folle ? Sept 2013

Marinaleda (Andalousie, 2800 habitants) ou la démocratie participative pour mieux résister à la crise qui frappe durement l'Espagne.

Le maire de la commune (depuis 1979) M. Juan Manuel Sánchez Gordillo, ainsi que des habitants, nous font découvrir cette expérience alternative unique.

Comment Marinaleda, enclave anticapitaliste où règne la démocratie directe, résiste-t-elle à la crise ? Rencontres.

"Pas de chômeurs, pas de promoteurs. Collectivisation des terres et des moyens de production.

Et la démocratie, la vraie, la directe ! C’est tout ce dont nous parlons depuis fort longtemps.

C’est ce dont parlent également les Indignés espagnols.

Il y a un endroit où cela fonctionne depuis 1978. C’est le village de Marinaleda."

Ce deuxième volet de la série "Carnet d’utopies" nous emmène en Espagne, à Marinaleda, petit village d’Andalousie qui développe depuis des années un système social et politique à contre-courant du modèle prédominant.
Un document signé Michel Mompontet, Antoine Morel et Mathilde Rougeron.

Alors que l’Espagne bat des records de chômage et d’expulsions, à Marinaleda, le chômage est à moins de 5% et tous les habitants sont propriétaires de leur logement contre un remboursement de quinze euros par mois. A la tête de ce village d’irréductibles, un maire qui est en train de devenir un exemple de rébellion pour des milliers d’Espagnols.

Marinaleda banque bankster utopie démocratique rempart finance folle


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site