Le DTPolio sans aluminium : un enjeu de Santé Publique (par Virginie Belle) - Juillet 2013

Il a été démontré, depuis, que l'aluminium reste dans les cellules et continue de stimuler artificiellement le système immunitaire entraînant ainsi l'épuisement de l'organisme.

Il a un effet nocif sur le système nerveux et pénètre dans les tissus en se combinant à la ferritine du sang, au lieu et à la place du fer.

L'aluminium absorbé est en général rapidement excrété par les reins mais lorsque son taux dans le sang est élevé, les os semblent agir comme un réservoir, le fixant et le libérant lentement.

Le cerveau est sensible à l'aluminium.

Source : http://www.youtube.com/watch?v=dhf55XhyYeE

Source : http://www.youtube.com/watch?v=2egx2SFJvi8

Depuis l936 , on dénombre plus d'un million de références scientifiques reconnaissant la toxicité de l'aluminium .

Pourtant on continue tout de même de l'incorporer dans les vaccins. (...)

L' hydroxyde d'aluminium , le sulfate d'aluminium ainsi que le phosphate d'aluminium servent dans les vaccins en tant qu'adjuvants à l'immunité, c'est -à-dire qu'ils créent une réaction inflammatoire augmentant ainsi la réaction des anticorps.

Nombre de vaccins administrés au Canada renferment de l'aluminium dont: anticoquelucheux acellulaire adsorbé, anatoxines tétanique et diphtérique adsorbées , Hépatite B, Hépatite A, BCG (tuberculose), Haemophilus influenzae /type B/Hib et celui contre la méningite de type C.

Se faire vacciner, par exemple, contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et l'Hépatite B représente une accumulation de 8 mg d'hydroxyde d'aluminium .

Dans les vaccins, l'aluminium est utilisé depuis l926 et les scientifiques eux-mêmes avouent qu'il n'a pas fait l'objet d'une étude scientifique sérieuse au début du siècle.

Il a été démontré, depuis, que l'aluminium reste dans les cellules et continue de stimuler artificiellement le système immunitaire entraînant ainsi l'épuisement de l'organisme.

Il a un effet nocif sur le système nerveux et pénètre dans les tissus en se combinant à la ferritine du sang, au lieu et à la place du fer.

L'aluminium absorbé est en général rapidement excrété par les reins mais lorsque son taux dans le sang est élevé, les os semblent agir comme un réservoir, le fixant et le libérant lentement.

Le cerveau est sensible à l'aluminium.

On le relie aussi aux troubles nerveux, à des désordres aux parathyroïdes, au psoriasis, aux allergies, aux insuffisances hepato-rénales chroniques, à l'anémie, à l' osteomalacie (os cassants ou mous) , aux arrêts cardiaques et à certaines maladies graves du système nerveux comme la maladie de Parkinson, la sclérose latérale amyotrophique (maladie de Lou Gehrig) et l'Alzeihmer.

Publique Virginie Belle enjeu Santé DTPolio aluminium


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×