loi

Surveillance en France : la loi de programmation militaire vise la population française - Déc 2013

La nouvelle Loi française de programmation militaire en préparation depuis octobre inclut un volet sur la surveillance de la population qui revient pour l'essentiel à donner aux autorités françaises des droits comparables à ceux de leurs homologues américains révélés par Edward Snowden et WikiLeaks.

LeWall Street Journal, journal de l'élite financière américaine, a même pu se permettre d'écrire que « la surveillance numérique américaine n'est rien en comparaison de ce que la France s'apprête à faire. »

francemorte

Un article du Monde cet été, révélait que la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) espionne les réseaux Internet & téléphoniques comme le fait la NSA, agence américaine d'espionnage électronique. Maintenant, les services de renseignement et l'État y investissent davantage de ressources et tentent de faire accepter plus largement leurs activités, en leur donnant un cadre légal officiel. Les nouveaux pouvoirs accordés à l'administration française permettront à l'ensemble des services de renseignements et des impôts de pratiquer un suivi spécifique et en temps réel des données de connections de dizaines de milliers de personnes par an.

Lire la suite

Grande victoire pour les socialistes, la loi qui amnistie les banques pour les emprunts toxiques est définitivement passée - Déc 2013

Les banques deviennent inattaquables grâce à nos chers politiques, impunité totale!

Mais pouvions-nous réellement s’attendre à autre chose?

Elles ont bien été protégées dans d’autres scandales, comme le Libor par exemple…

C’est clair, l’ennemi de Hollande, c’était bien la finance, la nôtre, pas celle des banques !

scandale-banques-libor

Malgré les protestations unanimes des français de tous bords, malgré le refus du Sénat, la loi amnistiant les banques pour les emprunts toxiques est définitivement passée.
Cette victoire contre le peuple français est la victoire des 320 députés socialistes et verts dont les noms suivent.
C’est surtout la victoire d’un homme, Christian ECKERT, rapporteur de la commission, députés des banquiers et, occasionnellement du nord de la Meurthe et Moselle.
Depuis le début il s’est battu comme un lion pour défendre les financiers, niant même le fait que les professionnels pouvaient avoir des problèmes avec leurs banques.
Un amendement annulant cet article 60 criminel avait été adopté.
Seul, il a réussi à le faire annuler.
Le Sénat, écœuré de ces privilèges données aux banques, a refusé en bloc la loi.
Christian ECKERT l’a finalement refait adopter.

Lire la suite

Accord Transatlantique : les entreprises feront leur loi - Nov 2013

 Accord Transatlantique: les entreprises feront leur loi

Article de Arend van Dam repris par PressEurop

Les négociations sur un traité de libre-échange entre Européens et Américains portent en partie sur la procédure d’arbitrage.

Ce mécanisme de résolution des conflits entre Etats et entreprises est souvent à l’avantage de ces dernières. A Bruxelles, les critiques se multiplient.

Imaginons que ce ne soient ni les politiciens ni les juges qui décident de millions d’euros des contribuables, mais trois avocats. A huis clos et sans un contrôle public digne de ce nom. Sans la moindre intervention d’un magistrat, l’Equateur a été condamné l’an dernier, pour rupture de contrat, à payer 1,7 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros) à une compagnie pétrolière américaine. Ce type de décisions, prises des dizaines de fois par an, sont possibles en vertu de traités d’investissement entre pays. Ils permettent aux entreprises de résoudre leurs différends par voie d’arbitrage, en dehors des procédures judiciaires habituelles.

L’Union européenne envisage à présent de s’engager, en recourant à ce genre d’arbitrage supranational – dans un traité de libre-échange avec les Etats-Unis. Des négociations dans ce sens ont repris le 11 novembre, après une première phase en juin. Des centaines de problèmes qui entravent les échanges commerciaux y sont abordés, mais c’est surtout l’arbitrage qui suscite des inquiétudes à Bruxelles.

Le pouvoir à huis clos

Lire la suite

Proposition de loi visant à pénaliser les clients de la prostitution et à supprimer le délit de racolage - Nov 2013

La gauche et ses contradictions. Elle sanctionne les clients des prostituées, une amende de1 500 € et doublée en cas de récidive, mais abroge le délit de racolage passif.

Ces péripatéticiennes pourront en toute liberté allumer les gentils messieurs, mais ces derniers doivent en plus de compter le prix de la passe payer le prix de l’amende.

Ou comment l’État devient proxénète légalement au non de politiquement correct.

Après les radars, l’écotaxe, les prostituées.

Source : http://www.youtube.com/watch?v=zyx4Rymc-LU#t=14

Source : http://www.youtube.com/watch?v=bju9lw0v-EQ

Lire la suite

La loi Pompidou-Giscard d'Estaing du 3 janvier 1973 responsable de la dette publique

crise canalbloggeorges-pompidou-giscard

Par la loi Pompidou-Giscard d'Estaing du 3 janvier 1973, la Banque de France a abandonné son rôle de service public.

Pompidou, ancien Directeur Général de la Banque Rotschild, a retiré à la France son pouvoir régalien de battre monnaie.

Article 25 : « Le Trésor public ne peut plus présenter de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France. ».

Désormais, le Trésor Public ne peut plus emprunter directement à la Banque de France à un taux d’intérêt faible ou nul.

Résultat: La mainmise des banques dans le financement des états.

NB: Le Federal Reserve Act voté aux Etats-Unis le 23 décembre 1913 est l’équivalent de la loi de 1973.

Explications de V. Giscard d’Estaing

VGE justifie l'adoption de cette loi en remarquant que cette démarche s'était imposée dans tous les grands pays au moment de sa promulgation ; est-ce pour autant que la mesure est judicieuse ? Les faits nous démontrent aujourd’hui que ce n'était pas le cas !!!

Il rappelle par ailleurs que le système de prêt d'une banque centrale à l'Etat est générateur d'inflation : ceci est vrai mais soulignons que l'inflation est un mécanisme qui, s'il pénalise les placements financiers, avantage néanmoins les emprunteurs... ainsi, l'augmentation des prix est compensée par une augmentation des salaires ; la part d'un emprunt à taux fixe pèse donc de moins en moins sur le budget du ménage à mesure que l'on approche du terme du remboursement.

Notons que le poids de la dette publique consécutive à cette loi oblige à une politique d'austérité avec toutes les conséquences qui en découlent (chômage, précarité, dégradation de la qualité des services publics, vente du patrimoine national...).

Si inflation il y a, elle n'est, aujourd'hui, plus compensée par l'augmentation des salaires ; ceux-ci tendent à stagner, voire, dans certains cas, à régresser ! L'inflation, soi-disant combattue par cette loi, était un moindre mal, comparée aux ravages qu'elle a, depuis, engendrés !

Enfin, la dernière partie de sa réponse consiste à soigneusement éviter la question cruciale des intérêts versés aux organismes financiers privés et de se borner à rappeler que le capital emprunté, qu'il soit celui de la Banque de France ou bien des banques privées se doit d'être remboursé.

Evidemment emprunter aux banques privées a des taux supérieurs a la banque de france ce n"est pas une volontée d'endetter un pays ,le père de l'europe a bien travaillé a la chute de ,la france dans le piège mondialiste des initiés.....


La dette publique de la France / Loi Pompidou... par Bonzou


Etienne Chouard sur l'article 123 du Traité de... par Antipenseunique

Lire la suite

L’article 60 du projet de loi de finances pour 2014 : un article toxique pour les collectivités locales - Oct 2013

arton9519 142fc L’article 60 du projet de loi de finances pour 2014 : un article toxique pour les collectivités locales

Le projet de loi de finances pour 2014 comporte dans son article 60 une disposition particulièrement scandaleuse.

En effet, sous le couvert de la mise en place d’un fonds de soutien aux collectivités qui ont souscrit des produits toxiques, le gouvernement socialiste n’hésite pas à remettre en cause un des principes essentiels de notre droit, le principe de non-rétroactivité des lois, et à désavouer les juges dans le seul but d’aider les banques à spolier les collectivités publiques et la population.

Lire la suite

États-Unis : la loi "Bouclier" menace gravement la liberté d’expression qui risque de devenir un privilège octroyé par le gouvernement - Sept 2013

Cette loi permettra de contrôler qui sera journaliste ou pas, dans le but d'éliminer le journalisme alternatif ou citoyen, et de contrôler ainsi l'information diffusée.

Il est clair que le système a pris conscience que le journalisme alternatif et citoyen, notamment avec Internet, menace son pouvoir et sa propagande, car cette dernière est systématiquement démasquée par une foule de gens toujours plus nombreux à vouloir que la vérité sorte.

Même si de nombreux organismes et associations vont tenter de défaire ce projet inique, en s'appuyant notamment sur certains articles du Bill of Right qu'il viole, force est de constater que l'étau se resserre continument autour des libertés fondamentales aux États-Unis.

Lire la suite

NON au projet démentiel de la Loi Taubira ! Sept 2013

Christiane Taubira doit présenter début octobre 2013 un projet de réforme pénale particulièrement dangereux qui prévoit :

• la fin des révocations automatiques des peines de prison avec sursis. En clair, même si vous êtes récidiviste après avoir déjà été condamné à une peine de prison avec sursis, vous ne serez plus envoyé en prison

• la fin de l’obligation, pour un juge, d’un texte expliquant les motivations ayant conduit à la non-incarcération d’un récidiviste condamné

• la suppression des peines plancher contre les récidivistes

• la fin des peines de prison purgée jusqu’à leur fin et des milliers de libération de détenus avec la mise en place d’un examen automatique de la situation d’un détenu, au deux tiers de sa peine, pour prévoir une libération couplée au refus des « sorties sèches ».

Ces mesures sont dangereuses et vont entraîner une hausse de la criminalité et du nombre de victimes.

Nous devons empêcher que ces projets démentiels n’aboutissent !
Signez la pétition de l’Institut pour la Justice en cliquant ici :
http://www.institutpourlajustice.or...


NON a la Loi Taubira - Institut pour la Justice... par Hieronymus20

Déclencher des guerres en Afrique et relâcher des criminels en France pour réalimenter les faits divers qui permettront aux médias de ne pas parler des réalités essentielles...

Enquête sur la loi du 3 janvier 1973 de Pierre-Yves Rougeyron : Comment nos politiques ont trahi la France depuis De Gaulle - Sept 2013

 marionnette

Sur le véritable rôle qu'ont tenu nos politiques, quel fut leur choix : vendre le pays et pactiser avec la finance plutôt que de s'inquiéter pour la population et de la protéger du chômage, créer de l'Europe pour s'en emparer financièrement et ainsi créer un « bloc » face à la Russie (à l'époque URSS), ou encore leurs raisons de vouloir détruire De Gaulle, seul rempart à leur folie mondialiste, entre autres trahisons pour lesquelles ils devraient un jour être mis face à leur responsabilités.


Lire la suite

Avec le "Monsanto Act", les OGM se retrouvent au-dessus de la loi - Sept 2013

mon.jpg

Aux Etats-Unis, 250 000 personnes ont déjà signé une pétition baptisée "Food democracy now".

Elle se dresse contre une loi, récemment votée, accusée de faire le jeu des géants de l'agrochimie, Monsanto en tête: la justice ne pourra désormais plus s'opposer à la plantation d'OGM. 

Le "Plant Protection Act" a été voté la semaine passée à Washington. Mais cette loi temporaire (elle aura cours jusqu'en septembre) réglementant l'agriculture éveille les passions : elle est accusée de faire le jeu des OGM et de leurs producteurs.

Les détracteurs reprochent un amendement discrètement glissé, dans une loi qui en compte presque 2000, qui précise que "sur simple demande d'un cultivateur, exploitant ou producteur, le ministère de l'agriculture doit accorder une autorisation, ou une dérogation, même si l'autorisation a été précédemment annulée ou invalidée"

En d'autres termes, d'après Greenpeace Canada, "la signature de cette loi ne permettra plus aux tribunaux américains à s'opposer à la vente ou la plantation de plantes OGM même si elles n'ont pas été approuvées par le processus officiels". 

Les démocrates comme le Tea Party inquiets 

Lire la suite

« Cobayes d'une loi inventée par la gauche » L'ANI entré en vigueur le 1er juillet, le lendemain le groupe Hamelin ferme 5 sites - juillet 2013

Qu'est-ce que l'ANI : accord national interprofessionnel :

http://www.fr.adp.com/adp-actualites-evenements/actualite-sociale/reperes-rh-actualite-sociale/enm/19219/167/615057//t-/40371/laccord-national-interprofessionnel-ani-fevrier-2013

« Nous sommes les cobayes d'une loi inventée par la gauche »

La loi sur l'emploi qui découle de l'Ani est entrée en vigueur le 1er juillet.

Le lendemain, le groupe Hamelin, 454e fortune de France, a annoncé la fermeture de cinq sites dont trois en France.

Un premier cas d'école pour l'admnistration de Michel Sapin.

Lire la suite

Pierre Yves Rougeyron chez Méridien Zéro - 21 Juin 2013

Méridien Zéro a reçu Pierre-Yves Rougeyron pour évoquer avec lui son ouvrage sur la loi du 3 janvier 1973, la fameuse loi Rothschild qui oblige l'État à emprunter sur les marchés financiers privés.

Source : http://www.youtube.com/watch?v=j7QQ5b4n9y8

Témoignage d’un manifestant contre le diktat de la loi Taubira - Juin 2013

"Quand on impose son idéologie en dépit du bon sens, c'est un diktat", un abrégé de dictature.

La police exécute les ordres avec brutalité, les militaires semblent réfléchir davantage.

Toute révolution se réalise dans le calme.

Source : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=vc-32N5b1W8#at=86


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site