Kadhafi

Sarkozy financé par Kadhafi en 2007 ? On en sait déjà plus... - Septembre 2013

sarkozy kadhafi

C'est la bombe de ce jeudi matin. À mèche longue en l'occurrence, mais pas forcément susceptible de sauter à portée du premier Français venu, s'agissant du premier d'entre eux : Nicolas Sarkozy.

La bombe en question fait quelques centaines de pages. C'est un livre explosif, signé de la journaliste Catherine Graciet, et publié par Le Seuil, soit une maison n'ayant rien à voir avec le premier éditeur confidentiel et complotiste venu. Bref, le tout s'intitule Sarkozy-Kadhafi. Histoire secrète d'une trahison. Et il y est évidemment question du financement de la campagne présidentielle du candidat de l'UMP en 2007, le Nicolas que vous savez

Lire la suite

Le retour de Sarkozy l'américain ... devant ses juges ?

Financé par Kadhafi (qu'il a fait flinguer) et par mamie zinzin,

impliqué dans l'affaire Karachi,

vautré dans le luxe de la république au point de choquer les observateurs étrangers,

le fameux qui traitait un journaliste de pédophile pour le mettre mal à l'aise,

le fameux qui "écoute mais ne tient pas compte" au point de nier le vote NON des Français en 2005 contre l'ouverture de l'Europe à tous les vents...

Il lui est facile de clâmer qu'il va régler le problème (bien réel) des populations Roms.

Même le père Bush en perd son latin, et bush junior semble plus mature que lui.

http://autrementvu.files.wordpress.com/2013/07/original-831b081-2f756.jpg

Kadhafi a financé la campagne électorale de 2007 de Nicolas Sarkozy - 20 Juin 2013

Le diplomate Moftah Missouri, ancien interprète de Kadhafi, a révélé ce soir (20 Juin 2013), dans l'émission Complément d'enquête (France 2), avoir appris que le régime libyen avait versé « une vingtaine de millions de dollars » à Nicolas Sarkozy, à l'occasion de sa campagne de 2007.

Le diplomate confirme l'authenticité du document officiel libyen dévoilé par Mediapart le 28 avril 2012.

Selon cette note datée du 10 décembre 2006, la Libye avait décidé « d'appuyer la campagne électorale » de M. Sarkozy.

Source : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=8Ed1MRn_e4E

Tentative d'assassinat contre Muammar Kadhafi par l'aviation française le 27 Juin 1980 ?

La sombre histoire du vol Itavia 870, 82 passagers, abattus en plein vol en 1980 par des chasseurs français qui l'ont confondu avec l'avion de Kadhafi...

Dans la nuit du 27 juin 1980, le vol Itavia 870 (un DC 9 immatriculé I-TIGI) a décollé de Bologne en Italie à destination de Palerme en Sicile. Il transportait 77 passagers, 2 pilotes et 2 membres de personnel de cabine. Les passagers comprenaient 64 adultes, 11 enfants âgés de 2 à 11 ans, et deux enfants de moins de deux ans.

Comme à son habitude, le vol Itavia 870 a mis le cap sur la côte sud de l’Italie. A 20h59, il a brutalement disparu des écrans-radar des contrôleurs aériens italiens. L'équipage n'avait signalé aucun problème technique ou une quelconque situation d'urgence.

A un moment donné l'avion était là, la seconde d'après il avait disparu. Les 81 passagers sont morts et les débris de l'appareil ont sombré en mer.

De prime abord, les circonstances de sa disparition semblaient inexplicables. Le vol s’est parfaitement déroulé jusqu’à ce que l’avion explose sans faire aucun survivant. Interrogées par les médias, les autorités italiennes ont d’abord laissé entendre que le vol 870 aurait pu être victime d’un attentat terroriste. Plausible dans un premier temps, cette thèse a vite été abandonnée en l’absence de toute revendication d’un possible attentat.

Les médias sont donc retournés aux nouvelles. Comme s’ils avaient reçu des consignes du sommet de l’Etat, les autorités se sont tues et aucune information complémentaire officielle n’a pu être obtenue sur l’affaire. Bien entendu, cela a aiguisé la curiosité de la presse et alimenté ses soupçons selon lesquels, la réalité devait être tenue secrète. Des soupçons qui n’ont pas tardé à se confirmer lorsque toutes les portes se sont refermées les unes après les autres, plus personne ne souhaitant évoquer la question.

Plus troublant encore, les enregistrements des données radar ont disparu ou  ont été détruits.

D’autres informations techniques manquaient également ou étaient devenues soudainement inaccessibles. Plus effrayant encore, des témoins-clé ont commencé à décéder dans d’étranges circonstances : d’accidents de circulation, de suicides ou encore de crises cardiaques. Il s’en est suivi une décennie de dissimulation de la part des instances supérieures d’au moins 3 gouvernements. Une dissimulation qui perdure aujourd’hui…Bref, tous les ingrédients d’un scénario hollywoodien à ceci près qu’il ne s’agit pas d’une fiction mais de la réalité.

De l’obscurité à la lumière

L’histoire du vol Itavia 870 est une longue succession de maladresses, d’erreurs, de dissimulations ayant impliqué, d’une part, 3 gouvernements, et d’autre part, un gouvernement qui leur était hostile, celui de Muammar Kadhafi.

Dans une large mesure, les détails de ce qui s’est passé cette nuit-là demeurent mystérieux. Toutefois, des éléments de preuve sont apparus récemment qui apportent des éclaircissements sur ce secret longuement gardé. La chute du gouvernement Kadhafi en 2011 a permis d’entre-ouvrir les archives secrètes de l’Etat libyen. Là, parmi les innombrables projets terroristes, les accords internationaux et les terribles malentendus diplomatiques, on a retrouvé des informations détaillées sur la nuit du 27 juin 1980.

Les raisons de l’attaque

En 1980, la communauté internationale était mobilisée contre un gouvernement qui devenait de plus en plus agressif, sous la direction du colonel Muammar Kadhafi. Aux USA, l’administration Carter était engagée dans la course présidentielle contre Ronald Reagan, ex-acteur et ancien gouverneur de Californie. En Europe, l’OTAN était largement absorbée par la guerre froide. L’Union Soviétique venait d’envahir l’Afghanistan. Le monde semblait sur le point d’entrer en conflit.

Pour toutes ces nations, la Libye devenait un problème de plus en plus inquiétant en Méditerranée. Les forces de Kadhafi s’employaient de plus en plus activement à déstabiliser les gouvernements de la région, y compris certaines anciennes colonies françaises en Afrique du Nord. Aux yeux du gouvernement français, il était temps d’éliminer le problème Kadhafi.

Lire la suite


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×