Jacques

Sortir de l’Euro par Jacques Sapir - Déc 2013

Magali Pernin (Contre la Cour) et son équipe ont réalisé une interview où Jacques Sapir explique les conditions et les conséquences d’une sortie de l’Euro.

Lire la suite

Entretien avec Olivier Berruyer et Jacques Sapir : enjeux économiques - Nov 2013

Olivier Berruyer et Jacques Sapir nous livrent leur analyse sur les causes de la situation économique actuelle.
Ils expliquent en quoi l'Euro est une erreur politique, et plaident pour une réforme du système bancaire et financier.
Un balayage des principaux enjeux économiques et financiers pour l'avenir.

Lire la suite

Jacques Vergès : "Nous assistons à une époque d’ensauvagement de l’humanité" - Mars 2006

« Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie est une institution illégale »

Interview de Jacques Vergès par Silvia Cattori, mars 2006

 À l’heure où tant de gens peinent à comprendre le silence de leurs autorités face aux victimes qui, en Irak, en Afghanistan, en Palestine, mais aussi chez nous, sont laissées sans protection, nous croyons que des voix comme celle de Maître Vergès sont importantes.

Lire la suite

Lettre ouverte de Jacques Thomet aux Colombiens : votre président va livrer votre pays aux castristes ! - 17 août 2013

Pour avoir vécu pendant cinq ans en Colombie (1999-2004) comme directeur de l’Agence France-Presse, et continué ensuite à informer sur ce pays via mon blog et des livres d’investigation (1), je suis atterré par le glissement progressif de votre peuple vers les abysses de l’horreur communiste au profit des FARC.

L’artisan de cette chute aux enfers, si aucune réaction populaire n’intervient pour la court-circuiter,  n’est autre que Juan Manuel Santos.

Ce président que vous avez élu en 2010 a jeté aux orties l’héritage d’Alvaro Uribe et sa politique de sécurité démocratique, pour sortir d’un chapeau magique en août 2012 l’illusion d’un accord de paix avec les terroristes des FARC.

Son objectif n’a rien à voir avec le salut de la Colombie. Il vise l’obtention d’un possible prix Nobel de la paix, le même que lorgnait l’ancien président Andrès Pastrana quand il livra le Caguan aux FARC avec sa zone démilitarisée à leur profit, et de sinistre mémoire, entre 1998 et 2002.

Ce sera non pas la paix des braves, comme en Algérie avec Charles De Gaulle, mais celle des cimetières, déjà remplis par les crimes de cette criminelle guérilla.

Si le plan de paix concocté par votre président vient à se concrétiser, je ne donne pas cher de vos libertés, de vos revenus, et surtout de la place que la Colombie peut revendiquer dans le Premier monde pour son dynamisme reconnu.

La négociation en cours est sur le point d’aboutir, si cette spirale négative se concrétise, à une destruction de votre pays au profit d’un régime communiste, comme celui de Cuba où vivent depuis un an les envoyés du pouvoir aux côtés des terroristes  des FARC.

Mais vous n’en avez pas conscience, pardonnez-moi, si je me réfère à votre absence de réaction, pour ne pas la qualifier d’anesthésie collective.

Comment allez-vous admettre que tous les commandants des FARC puissent non seulement être amnistiés, mais autorisés à briguer des mandats politiques à partir d’une nouvelle Constitution ébauchée par leurs délégués ?

Les plus jeunes d’entre vous n’ont pas l’excuse de l’ignorance à l’heure de google. Il suffit d’y taper FARC-enlèvements, FARC-militaires, ou FARC-attentats, pour avoir conscience de l’orgie criminelle qui a provoqué la mort de plus de 200.000 Colombiens depuis 1964.

Sous le régime d’Alvaro Uribe (2002-2010), les enlèvements sont passés de 3200 par an à moins de 300, et les principaux chefs des FARC ont été abattus ou contraints de se réfugier au Venezuela, dans les abris garantis par l’ex-président Hugo Chavez et son successeur Nicolas Maduro.

A Cuba, les présumées négociations de paix entre les chefs terroristes et les délégués aphones du pouvoir lanternent depuis un an pour vous faire croire à un échange de bons procédés. Mais il n’y a aucun dialogue !

Bientôt vous serez amenés à admettre comme députés, sénateurs, maires ou conseillers, sans aucun mandat électif, des anciens chefs de la guérilla désormais abrités par le refus présidentiel de les remettre aux USA, où ils sont recherchés comme l’ont été les frères du cartel de Cali, extradés par Alvaro Uribe.

En juillet dernier, 21 soldats colombiens ont été assassinés sauvagement par la guérilla, qui, dois-je le rappeler, tire ses ressources financières du trafic de cocaïne et des rançons sur des séquestrés.

Qui d’entre vous ignore que la zone du Catatumbo, proche du Venezuela, est devenue un no man’s land aux mains des FARC, alors que Juan Manuel Santos avait affirmé, lors de sa prise de fonctions, qu’il n’abandonnerait « pas un millimètre » du territoire aux terroristes ?

Aucun membre du pouvoir, encore moins votre président, n’a dénoncé ces horreurs. Muet, Juan Manuel Santos, l’un des héritiers du quotidien El Tiempo nés avec une cuiller d’argent dans la bouche, n’a évidemment pas mis fin aux pseudo-discussions, malgré ce carnage et l’entrave à la souveraineté nationale.

Votre élu préfère plonger la tête dans le sable, pour ne pas risquer de mettre en péril son aspiration suprême : le prix Nobel de la paix.

Ce trophée n’a-t-il pas été attribué en 1973 à deux sanguinaires, le général vietcong Le Duc Tho et le secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger ? Le Vietnamien a refusé ce titre. On le comprend.

Colombiens, votre asthénie m’étonne, et m’afflige. Vous ne pouvez ignorer ce que vous réserve un futur régime totalitaire avec des Timoleon Jimenez (alias Timochenko), Luciano Marin Arango (alias IvanMarquez) et d’autres, à sa tête.

Je puis vous confirmer ce que j’ai déjà écrit dans le passé : ils vivent tranquillement au Venezuela, quand ils ne se présentent pas devant des caméras sympathisantes à Cuba, le régime qui vous attend sauf si…

Allez-vous admettre à la tête de votre pays des individus dignes d’une seule chaise : celle des auteurs de crimes contre l’humanité à la Cour pénale internationale de justice ?

Lire la suite

Jacques Pauwels - Le mythe de la bonne guerre (39-45)

On peut aujourd'hui accéder aux archives des années 30.

La Deuxième Guerre Mondiale, une croisade américaine pour la défense de la liberté et de la démocratie ?
Les vainqueurs écrivant l'histoire, c'est cette version qui est enseignée depuis 1945 des deux côtés de l'Atlantique.
Alors que l'on se prépare à célébrer le 60ème anniversaire de la capitulation, Jacques Pauwels, preuves à l'appui, dévoile le mythe de la «libération».

Aux Etats-Unis, Hitler a très longtemps été considéré comme un excellent partenaire en affaires mais dans une guerre qui ne se déroule pas comme prévu, les alliances finissent alors par se former contre les «mauvais ennemis», avec les «mauvais alliés»...

Le débarquement de Normandie qui ne survient que très tard, le 6 juin 1944, fera malgré tout de ce second conflit mondial une formidable aubaine financière pour les Etats-Unis.

En libérant une partie de l'Europe des fascistes pour la «dominer» économiquement, toutes les conditions sont également réunies dès 1945 pour entamer une très longue Guerre froide.

---

Le livre "Le Mythe de la Bonne Guerre" par Jacques Pauwels.

L'irruption des Etats-Unis dans la Deuxième Guerre mondiale doit-elle être considérée comme une croisade contre la barbarie nazie, la lutte du bien contre le mal ?
Jacques Pauwels, historien canadien, brise le mythe.
A ses yeux, les Américains étaient, en effet, loin d'être inintéressés par les ressources économiques et la dimension géostratégique des régions qu'ils allaient libérer.
Ils débarquèrent donc avec une idéologie, des vues politiques, une conception des rapports sociaux à préserver et, bien entendu, avec l'idée qu'il fallait assurer les intérêts de leurs entreprises et du capitalisme américain.
La crainte de l'expansion communiste et le désir d'en limiter les effets ne furent évidemment pas étrangers à cette philosophie interventionniste.
Ce livre brise l'image d'Epinal du libérateur américain venant mourir sur les plages de Normandie dans un but uniquement philanthropique.
Une contre-histoire de la Deuxième Guerre mondiale qui modifie radicalement notre vision du XXème siècle et offre un nouveau regard sur l'époque actuelle.

Jacques Pauwels - Le mythe de la bonne guerre par rikiai


La bonne guerre (J. Pauwels) 1ère partie par rikiai


La bonne guerre - USA - J. Pauwels 2ème partie par rikiai

Lire la suite

Big Buziness avec Hitler - Conférence du Cercle Henri Barbusse avec Jacques Pauwels - Avril 2013

« Hitler a comblé les attentes qu’industriels et banquiers avaient placées en lui. En effet, il réalisa tous les points importants de leur « programme » plus diligemment, plus complètement et plus impitoyablement qu’ils n’auraient pu ou osé le faire eux-mêmes. En outre, à l’issue de douze années d’une dictature nazie dont ils avaient pourtant été les parrains, banquiers et industriels rejetteraient tous les crimes sur le dos d’Hitler et plaideraient pieusement « non coupables ». Ce livre d’histoire bien documenté est de ceux dont l’élite économique ne souhaite pas entendre parler. » (Quatrième de couverture)

Jacques Pauwels est diplômé en histoire et en sciences politiques des Universités de Gand et de Toronto, où il s’est établi et a enseigné. Spécialiste de l’histoire du Troisième Reich, il a publié de nombreuses études sur le sujet. « Le mythe de la bonne guerre, les Etats-Unis et la Deuxième Guerre mondiale », son précédent ouvrage, a été actualisé en 2011.

Aujourd’hui comme dans les années trente, le capitalisme en crise génère le fascisme pour détourner le peuple de son ennemi : la bourgeoisie. Dans le sillage du FN en France, les ligues fascistes, islamophobes, négrophobes, judéophobes, renaissent."


Big Buziness avec Hitler - Conférence du Cercle... par CCRP_fr

Retour à Outreau - Entretien avec Jacques Thomet et Chérif Delay - Juin 2013

Jacques Thomet a publié une contre-enquête sur Outreau, dans laquelle on comprend très bien que les acquittés ne sont pas tous des innocents, loin de là.

Voici une vidéo, qui est un condensé de plusieurs conférences données dans le sud de la France il y a quelques semaines.

Il y explique cette "imposture d'Etat" qu'il a découverte, au fil de son enquête.

En effet, au départ il n'imaginait pas du tout tomber sur une réalité aussi glauque.

Une "imposture" qui permet aujourd'hui à la justice de protéger les pédophiles et de nier la souffrance des enfants victimes.

Dans cette vidéo, Chérif Delay s'exprime également, et il fait bien comprendre, à travers sa propre histoire, quel a été le sort réservé aux victimes.

Mais, lui a particulièrement trinqué, puisqu'il est pour ainsi dire le seul à parler publiquement.

Source : http://www.youtube.com/watch?v=mMJ4dIix3D0

Lire la suite

Retour à Outreau - Synthèse des conférences de Jacques Thomet - Juin 2013

Synthèse des 4 conférences de Jacques Thomet en région PACA 2013 (Aubagne, Toulon, Nice, Marseille).
Présentation de son livre: "Retour à Outreau - Contre-enquête sur une manipulation pédocriminelle."
Edition Kontre Kulture 2013: http://www.kontrekulture.com/produit/...

Projection du Film "Outreau, l'autre vérité" (réalisé par Serge Garde)

Blog de Jacques Thomet:
http://www.jacquesthomet.com

Source : http://www.youtube.com/watch?v=HwijolX0bAs&feature=youtu.be

Piratage des sites Pedopolis, RenovatioTV et Jacques Thomet - 17 Juin 2013

affiche-thomet-paca-web-v4-1227cQuelques basses manoeuvres de piratage ont lieu en ce moment contre des sites amis, à savoir Pédopolis, dont je ne mets pas le lien parce que le site a carrément disparu de google moins d'une semaine après les faits, et le site de Jacques Thomet, qui a heureusement pu se rétablir en quelques jours.

 Dans la nuit du 11 au 12 juin, donc, les sites de Pedopolis et de Jacques Thomet ont été mis hors d'état d'informer par on ne sait qui. Mais, nous avons quelques soupçons sur les coupables qui auraient pu avoir intérêt à éviter que les vidéos de Jacques Thomet tournées lors des conférences de ce dernier dans le sud ne se retrouvent diffusées sur Pedopolis. De quoi parlaient ces conférences? D'Outreau!

Le 16 juin, c'est Renovatio TV qui a été piraté à son tour, il faut savoir que ce site est proche de Pedopolis.

Oui, vous voyez, ces 12 enfants victimes, et tous ces acquittés. Une affaire bien étrange dont on n'a pas fini de comprendre les absuridtés.

Outreau, affaire sur laquelle le documentaire de Serge Garde a eu droit à une magnifique censure de la part de ses collègues de la grande presse.

Outreau, affaire sur laquelle Thomet a réalisé une contre-enquête minutieuse et inattaquable (le délai de prescription est passé). Pas de bol, ces journalistes qui se targuent d'informer les masses ont décidé qu'en l'occurrence, un seul point de vue devait valoir: celui des acquittés. Que les victimes restent dans leurs oubliettes, la vérité avec.

Bref, deux sites ont été attaqués par X, on va dire, d'une manière absolument lâche. Mais, ce n'est pas grave, ce n'est qu'une perte de temps.

Quant à moi, j'ai tout sauvegardé donc ça ne sert à rien de me pirater.

Pédopolis avait ce grand mérite d'être une véritable bibliothèque numérique de la pédorciminalité dans le monde. Il serait dommage de perdre une telle quantité de données, et on dirait que c'était le but.

Il y a aussi une dynamique derrière ce site, et elle ne risque pas de se briser non plus.

On trouve un début de recopiage de Pedopolis ici: http://mk-polis.e-monsite.com/

05

Source : http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/06/17/27452453.html


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site