euro

Sortir de l’Euro par Jacques Sapir - Déc 2013

Magali Pernin (Contre la Cour) et son équipe ont réalisé une interview où Jacques Sapir explique les conditions et les conséquences d’une sortie de l’Euro.

Lire la suite

Nouvel emprunt de la France avec 6,475 mrd EUR à court terme - Déc 2013

Le précédent emprunt annoncé date du 25 Novembre, il y a moins d’un mois.

dette_france_jpg_530x320_crop_upscale_q85

La France a emprunté au total 6,475 mrd EUR à court terme lundi, à des taux en hausse et avec une demande soutenue, a précisé mercredi l’Agence France Trésor (AFT).

L’AFT, chargée de placer la dette française sur les marchés, a enregistré 35 mio EUR d’offres non compétitives (ONC) à échéance six mois (21 semaines) et 240 mio EUR à échéance un an (51 semaines).

Lors d’une émission obligataire, les investisseurs choisissent de prêter un montant à un certain taux. Ils peuvent proposer une somme supplémentaire sans mentionner de taux, un montant qu’ils prêteront après l’adjudication au taux moyen pondéré de celle-ci, dans le cadre d’une offre dite non compétitive (ONC).

Dans le détail, la France a emprunté 3,490 mrd EUR à échéance 3 mois (12 semaines) à un taux de 0,181% contre 0,120% lors de la dernière opération comparable le 9 décembre.

Le pays a également emprunté 1,045mrd EUR à échéance 6 mois (21 semaines) au taux de 0,207% contre 0,158% et 1,940 mrd EUR à échéance un an (51 semaines) au taux de 0,265% contre 0,191%.

Lire la suite

La France va emprunter 173 milliards d’euros (pour financer ses guerres) sur les marchés en 2014 - déc 2013

La France va emprunter 173 milliards d’euros sur les marchés en 2014, un montant plus élevé qu’en 2013 où 169 milliards avaient été empruntés.

Photo d'illlustration - La France empruntera plus en 2014 sur les marchés à moyen et long terme qu'en 2013.
La France empruntera plus en 2014 sur les marchés à moyen et long terme qu’en 2013. © Jaubert / Sipa
La France va emprunter 173 milliards d’euros sur les marchés à moyen et long terme en 2014, anticipant une remontée de ses taux d’emprunt après une année 2013 au cours de laquelle ses coûts de financement sont tombés à un plus bas historique.
Ce montant, net des rachats de dette, est un peu plus faible que celui anticipé lors de la présentation du budget en septembre (174 milliards d’euros), mais plus élevé qu’en 2013 (169 milliards), selon un communiqué publié vendredi par l’Agence France Trésor (AFT).

Lire la suite

La France fonce droit au mur, sa dette s'accroît au rythme de 3 000 euros par seconde, et se lance dans des guerres ruineuses -Déc 2013

Si la dette publique était composée de billets de 100 euros alignés les uns à côté des autres et empilés, elle aurait atteint la hauteur de l'arc de Triomphe, soit 50 mètres de hauteur, en 2011, selon Romain Messy, journaliste à France 2.

Cette année-là, la dette française était de 1 700 milliards d'euros.

Avec la même simulation, France 2 a calculé qu'en 2014, la dette publique dépassera l'arc de Triomphe et atteindra 1 950 milliards d'euros.

Selon des révélations du Figaro mardi 17 septembrele taux d'endettement de la France grimpera à 95,1% du produit intérieur brut (PIB) fin 2014.

Le compteur de la dette tourne jour et nuit au rythme de 3 000 euros par seconde, ajoute France 2. Pourquoi une telle hausse ?

Avec la crise, les déficits de l'Etat, des collectivités locales et de la Sécurité sociale se sont accumulés.

Les aides à la zone euro pèsent aussi : elles atteindront 68 milliards d'euros de la dette française en 2014.


La dette française s'accroît au rythme de 3... par francetvinfo

Vladimir Poutine : « La plupart des pays Euro-Atlantistes renient leurs principes moraux » - Septembre 2013

Extrait du discours de Vlamidir Poutine au forum de Valdai (19 Septembre 2013).

Lire la suite

L''Islande va annuler jusqu'à 24.000 euros de dettes par ménage - Déc 2013

Le gouvernement islandais a annoncé samedi un plan pour alléger les dettes des ménages qui ont contracté un emprunt immobilier, jusqu'à un peu plus de 24.000 euros chacun.
 perenoel      
Ce plan était la principale promesse électorale du Parti du progrès (centriste) du Premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson, victorieux aux législatives d'avril avec son allié conservateur, le Parti de l'indépendance. 

Après de longs mois de tractations, le gouvernement de coalition a présenté des mesures d'un coût évalué à 150 milliards de couronnes (plus de 900 millions d'euros) sur quatre ans. 

Lire la suite

Les Etats européens ont versé 1600 milliards d'euros d'aides (13% du PIB de l'Union européenne) aux banques depuis la crise - Nov 2013

Cette somme représente 13% du PIB de l'Union européenne. 

Les aides d'Etat accordées au secteur financier dans l'Union européenne se sont élevées au total à 1.600 milliards d'euros entre le début de la crise en octobre 2008 et fin décembre 2011 selon un document publié vendredi par la Commission européenne.

Cette somme représente 13% du PIB de l'UE, selon le tableau de bord des aides d'Etat portant sur 2011.

La grande majorité, soit 67%, était constituée de garanties publiques sur le financement des banques. 

billet2

Lire la suite

Université d’automne de l'UPR : Y a-t-il une vie avec l’Euro ? Y a-t-il une vie après l’Euro ? Octobre 2013

Participants :

- François Asselineau, Président de l'UPR

- Olivier Berruyer, Actuaire et analyste financier, animateur du blog "Les crises", Olivier Berruyer est l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment "Stop ! Tirons les leçons de la crise" ou "Les faits sont têtus."

- Philippe Murer, professeur de finance vacataire à la Sorbonne, président du "Manifeste pour un débat sur le libre-échange"et membre du Forum démocratique.

- Animation par Charles-Henri Gallois, Référent temporaire de l'UPR-58, Cadre financier dans un grand groupe français, auteur d'articles sur l'euro.

Lire la suite

La fenêtre d'opportunité pour tuer l'Europe est passée" selon Myret Zaki - Oct 2013

Dans cet extrait, Myret Zaki, rédactrice en chef adjointe du magazine suisse Bilan, explique comment les Banques Centrales des pays émergents ont discrètement soutenu l'Europe (attaquée par certains fonds spéculatifs). Elle évoque également l'épilogue de la puissance américaine. Séquence réalisée le lundi 23 avril 2012 à Genève.

Pour visionner la totalité de l'interview : http://www.youtube.com/watch?v=6phVnS...

Dans cette séquence, Myret Zaki donne quelques précisions sur des questions soulevées durant la conférence du 3 décembre avec Étienne Chouard.

Les questions soulevées concerne la situation de la Grèce avant l'attaque de sa dette, les fonds spéculatifs (hedge funds) la contagion aux autres pays de l'euro, la FED et sa planche à billet, Goldman Sachs Europe et Gold Man Sachs Amerique, Bank Of Amrica, Bear Stern, Alan Greenspan et la Maison Blanche, Paul Volcker, la crise des caisses de dépôt, la crise des subprimes américaines et leur côtés frauduleux, les agences de notation, le délit d'initié entre Goldman Sachs et certains hedge funds dont celui de John Paulson, les CDS sur la Grèce, les CDO sur subprimes et le marché des dérivés, la dérégulation financière et les lobbys, le rôle du FMI dans la crise, l'austérité en europe, l'échec de la stratégie spéculative contre l'Europe, la chute de l'économie américaine.. etc..

Lire la suite

La désinformation sur l’euro continue - Oct 2013

Jean-Yves Archer vient de publier coup sur coup deux tribunes, une dans Atlantico, une autre dans Les Echos, pour dire tout le mal qu’il pense du démontage de la monnaie unique, idée soutenue par neuf « prix Nobel d’économie ». L’occasion de démonter ses arguments.

Un saut sans parachute ?
 
Commençons par le plus facile.
L’image est habile, anxiogène, en somme la dernière ligne de défense des partisans de la monnaie unique : faire peur en affirmant que le retour à des monnaies nationales provoquerait une catastrophe.
Nous avons droit à tous les arguments habituels, à savoir explosion de la dette, baisse de la valeur de l’épargne.
L’auteur affirme même que nous n’en tirerions aucun bénéfice commercial du fait de l’achat de composants. 

Lire la suite

La bombe à retardement à 10 milliards d’euros laissée par la précédente majorité - Sept2013

sarko1

Les conséquences pour le budget de l’Etat ne sont pas encore totalement connues.

Mais c’est une ardoise qui pourrait atteindre – voire dépasser – 10 milliards d’euros que la France risque de devoir éponger, faute d’avoir pris en temps utile les dispositions nécessaires.

 

 

 

Lire la suite

Demain les Euro-régions ? Propos recueillis auprès de Régis Chamagne - Septembre 2013

Le Cercle des Volontaires est allé recueillir les propos de Régis Chamagne à propos de l'article 9 bis B qui éviterait le référendum pour le regroupement des collectivités locales.

L'Assemblée nationale a adopté un amendement qui supprime la condition du référendum pour redécouper ou regrouper certaines collectivités locales. Si le Sénat la suit, le texte qui a servi au référendum alsacien n'existera bientôt plus.

Source : http://www.youtube.com/watch?v=dAb0yZsa1RM

François Asselineau : Débat « QUE CACHE LE PROJET DES "EURO-RÉGIONS" ? » (et sur le rôle du FN en France - Bondy - 28 juin 2013

À la demande des autorités qui pilotent la construction européenne, la politique d'Europe des régions a programmé le transfert de plus en plus massif de pouvoirs nationaux à des "Euro-régions", en parallèle au transfert massif de pouvoirs nationaux vers la Commission européenne et la Banque centrale européenne.

Au même moment, les instances européennes promeuvent l'enseignement généralisé de l'anglo-américain d'une part et celui de langues régionales tombées en désuétude d'autre part. L'objectif tacite étant de folkloriser progressivement les langues nationales qui pourraient encore s'opposer au "tout américain".

À l'insu des peuples, et notamment du peuple français, l'objectif final de ce programme n'est ainsi rien d'autre que de vider de substance les États d'Europe avant de les démembrer. La France est tout spécialement concernée.

Venez découvrir des informations aussi stupéfiantes que cruciales pour comprendre ce qui se passe vraiment.Après avoir visionné cette conférence, vous ne pourrez plus dire « Je ne savais pas. »

Source : http://www.youtube.com/watch?v=QZfbYS1YMnw

Scandale en Ariège : 450 euro d'amende pour la vente de tomates anciennes non cataloguées !!! 17 Mai 2013

http://www.fermedesaintemarthe.com/I-Grande-4898-tomate-russe-ab-jeunes-plants.net.jpg

« Légumes clandestins » !

L’inscription ironique figure sur les pancartes que des jardiniers et des consommateurs brandissent ce 4 juin sous les fenêtres de la direction régionale de la concurrence et de la consommation à Toulouse.

Ils dénoncent la pression sur les petits producteurs qui commercialisent des variétés de légumes non inscrits au catalogue officiel.

Quinze jours plus tôt, le 17 mai, des petits maraîchers ont reçu la visite d’un agent de la répression des fraudes, sur le marché de Lavelanet, en Ariège.

Leur délit : vendre des plants de tomates non inscrites au catalogue officiel et ne pas disposer de la carte du GNIS, l’interprofession nationale des semences et des plants. Ils encourent une amende potentielle de 450 euros...

Lire la suite

1 400 milliards d’euros d’intérêts versés à des banques privées, la France est-elle une vache à lait ? 26 Juin 2013

1 400 milliards d’euros d’intérêts, la France est-elle une vache à lait ?
1 400 milliards d’euros, c’est la somme gigantesque que la France et les Français ont payé au titre des intérêts de la dette depuis le dernier choc pétrolier.

Ce chiffre donne le tournis lorsque l’on sait que depuis le milieu des années 70, aucun budget de l’Etat n’a été positif ou même équilibré.

A l’échelle de monsieur tout le mondem c’est un peu comme si un ménage avait accumulé des dettes depuis 40 ans en payant des intérêts faramineux, aggravant d’une manière significative sa situation.

Ces intérêts toutefois ne sont pas perdus pour tout le monde, mais de qui s’agit-il ?

Lire la suite

Une bombe de 1 000 milliards d’euros pour les contribuables européens - 17 Juin 2013

bombe-toner.jpg

Eclipsée par la crise des dettes souveraines et par la récession des économies réelles, la crise des « subprimes » n’est pas une affaire classée.


Détonateur de la bombe financière européenne, elle laisse une facture que les banques et les Etats européens ne sont pas près de régler.


Pour se sauver, de grands établissements de crédit, paralysés par les créances douteuses et les actifs illiquides accumulés au fil des ans depuis 2007, ont constitué des « bad banks ».

Bilan, six ans après le début de la crise financière : plus de 1.000 milliards d’euros d’actifs restent encore stockés dans ces structures de défaisance en Europe.

Lire la suite


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site