droit

Censure : quand les multinationales utilisent le droit pour faire taire leurs critiques - Déc 2013

Observatoire des multinationales

L’attaque n’est-elle pas la meilleure des défenses ?

Face aux voix critiques qui mettent en lumière les atteintes aux droits occasionnées par leurs activités, de plus en plus d’entreprises répondent en leur intentant des procès.

Dans son bilan annuel sur la responsabilité juridique des multinationales, le Centre de ressources sur les entreprises et les droits humains attire l’attention sur le phénomène des « procès stratégiques » initiés par les grandes entreprises pour faire pression sur les militants ou les syndicalistes qui dénoncent leurs agissements.

Une pratique qui concerne aussi certains groupes français.

siège de Chevron à Houston

Lire la suite

En Espagne, la Cour européenne des droits de l’homme oblige de libérer des « fous dangereux - Nov 2013

Le fou en survêtement, un assassin et auteur de multiples abus sexuels, libéré en Espagne suite à une décision de la Cour européenne des droits de l’homme, est depuis sous surveillance policière, ont annoncé samedi les autorités de Catalogne, précisant que l’homme n’avait sans doute pas été totalement soigné.

Manuel Gonzalez Gonzalez, condamné en 1997 à 169 ans de prison pour avoir agressé 16 femmes et assassiné l’une d’entre elles, a été libéré vendredi d’une prison de Barcelone, dans le nord-est de l’Espagne.

Il a été libéré suite à la décision, le 21 octobre, de la Cour européenne des droits de l’Homme de Strasbourg, qui avait jugé illégale la détention prolongée d’une militante du groupe basque ETA en vertu d’un système de remise de peine dit doctrine Parot, et avait ordonné sa remise en liberté.

Depuis, la justice espagnole a libéré de la même manière des dizaines de détenus, en majorité des prisonniers de l’ETA, mais aussi plusieurs violeurs multiples.

Lire la suite

Les Etats-Unis et Israël perdent leur droit de vote à l’Unesco - Nov 2013

Les Etats-Unis et Israël ont perdu vendredi leur droit de vote à l'Unesco pour avoir suspendu leur contribution à l'agence onusienne en octobre 2011 dans la foulée de l'admission de la Palestine en tant que membre à part entière. Les deux pays n'ont pas payé leur cotisation en 2011, 2012 et 2013.

"Les Etats qui n'avaient pas réglé leur cotisation avaient jusqu'à 10h00 aujourd'hui pour présenter une justification de non-paiement et un plan de paiement des arriérés", a-t-on indiqué à l'Unesco, dont l'Assemblée générale se tient à Paris. "A 10h00, rien n'a été reçu de la part des Etats-Unis", a confirmé l'organisme onusien.

La directrice générale de l'Unesco Irina Bokova devrait s'exprimer samedi ou lundi sur la perte du droit de vote américain qui porte un coup à l'organisation internationale dont près d'un quart du budget venait précisément des Etats-Unis.

L'an dernier, Irina Bokova avait indiqué que l'Unesco se trouvait dans une situation désastreuse en raison du gel de la contribution américaine qui a contraint l'Unesco à geler des embauches, annuler des projets et réduire ses dépenses.

Relations houleuses

La perte du vote américain constitue le dernier accroc en date dans les relations mouvementées entre l'agence onusienne et Washington. En 1984, l'administration Reagan avait décidé de quitter l'Unesco, invoquant une mauvaise gestion et une politisation de l'organisation.

En 2003, après près de vingt ans d'absence, l'administration Bush faisait son retour à l'Unesco et s'engageait à participer activement aux programmes de l'agence, qui intervient notamment en faveur de l'éducation et de la protection du patrimoine mondial.

La Palestine membre

L'Unesco est devenue en octobre 2011 la première agence des Nations unies à accueillir la Palestine en tant que membre à part entière, une adhésion qui a suscité une vague d'espoir dans le monde arabe.

Mais cette adhésion de la Palestine a entraîné la suspension des financements américains, qui représentent 22% du budget de l'Unesco, Washington mettant en avant la législation américaine en vigueur depuis les années 1990.

Lire la suite

Quand le gouvernement viole le droit du peuple

"Quand le gouvernement viole le droit du peuple,

l'insurrection est pour le peuple et pour chaque partie du peuple

le plus sacré des droits et le plus indispensable devoir"

(Article 35 de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen

du 24 juin 1793).

La France encore condamnée pour violation de la Convention européenne des droits de l’homme - Sept 2013

La France condamnée pour violation de la Convention européenne des droits de l’hommeLa France et la détention provisoire, la France et les contrôles au faciès, la France et ses camps d’internement, la France et le non respect du droit international, la France qui maintient Georges Ibrahim Abdallah en prison depuis 30 ans...
Heureusement qu’on a des « socialistes » au pouvoir ! Qu’est-ce que ça serait sinon...

Communiqué de Infos solidarité basque
 
"La France condamnée pour violation de la Convention européenne des droits de l’homme''

Lire la suite

Droit de réponse de Michael Paraire à Michel Onfray - Juillet 2013

Une interview de Michael Paraire, auteur de "Michel Onfray, une imposture intellectuelle", en réaction à son éviction du débat sur Camus aux Rencontres du livre et du vin de Balma.

Source : http://www.youtube.com/watch?v=bV0n-o-ohWI

Droits et libertés sur l’Internet - entretien avec Jérémie Zimmermann - Juillet 2013

Jérémie Zimmermann est porte-parole et co-fondateur de La Quadrature du Net, une organisation de défense des droits et libertés des citoyens sur l’Internet.

Il nous donne sa clef de lecture sur l’affaire PRISM et ses conséquences sur nos démocraties.

Des solutions sont abordées pour mieux appréhender la menace sur nos libertés, comment l’Internet nous espionne.

Comment résister  ?

Cette interview a eu lieu pendant la « Nuit du hack » 2013.


Droits et libertés sur l’Internet - entretien... par rikiai

Lire la suite


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×