apartheid

Apartheid – En Israël, un système de détention pour les immigrés africains illégaux - Déc 2013


« Auriez-vous placé Nelson Mandela dans un centre de détention ouvert ou fermé ? » : cette interrogation de la députée Tamar Zandberg, du parti Meretz (gauche), a marqué le débat qui a précédé le vote intervenu, mardi 10 décembre, à la Knesset (le Parlement israélien) pour instituer un système de détention pour les immigrés africains illégaux.

Par 30 voix contre 15, les députés israéliens ont décidé de créer un double régime, qui s’appliquera dans un premier temps aux quelque 1 700 immigrés africains qui sont détenus dans une prison de sinistre réputation, Saharonim, située à trois kilomètres de la frontière égyptienne, près de Nitzana.

Le 16 septembre, la Cour suprême avait décidé à l’unanimité de ses membres que la loi permettant d’incarcérer sans jugement pendant trois ans des migrants illégaux était inconstitutionnelle. Elle bafouait une autre loi garantissant « la dignité humaine et la liberté ».

Lire la suite

Un rapporteur spécial de l’ONU accuse Israël : « l’Etat d’Israël se dirige vers rien de moins qu’un holocauste palestinien » - Déc 2013

Le rapporteur spécial des Nations Unies Richard Falk à affirmé que « l’Etat d’Israël se dirige vers rien de moins qu’un holocauste palestinien », dans son commentaire sur les violations des droits humains dans les territoires palestiniens occupés.

Le journal Maariv rapporte que le Professeur Falk à accusé Israël d’intention génocidaire contre les Palestiniens. Le spécialiste du droit parlait à la chaîne de télévision russe RT.

« Quand on cible un groupe, un groupe ethnique et qu’on lui inflige ce genre de punition, on est effectivement en train d’entretenir une certaine intention criminelle qui est génocidaire » à dit le Falk à la télévision russe, selon Maariv.

Sans surprise, le rapporteur de l’ONU sur les droits humains dans les territoires palestiniens a essuyé de violentes attaques venant des responsables israéliens et pro-israéliens.

Lire la suite

APARTHEID : Israël inonde des quartiers entiers de Gaza en ouvrant des digues - Déc 2013

Dans l'indifférence totale de la communauté internationale !

Toute la zone proche de Deir Balah, notamment de nombreux quartiers résidentiels, ont été inondés, Israël ayant ouvert les barrages de retenue de l’eau à l’Est de la bande de Gaza, ce vendredi.

Les autorités de la bande de Gaza ont appelé les habitants de la « Vallée de Gaza » (Wadi Gaza) au centre de la région, à évacuer leurs foyers.

Le grand camp de réfugiés et la ville de Deir Al Balah sont particulièrement concernés.

Lire la suite

Quand Nelson Mandela dénonçait l'apartheid israélien en Palestine - Octobre 1999

Devant le Conseil Legislatif Palestinien de Gaza et en présence de Yasser Arafat

Lire la suite

Nelson Mandela et l’alliance avec le Nouvel Ordre Mondial - Déc 2013

Nelson Mandela et l’alliance avec le Nouvel Ordre Mondial

L'article qui suit ne plaira pas forcément à ceux qui préfèrent les éloges d'usage mais je laisse ça aux médias de masse qui font ça très (trop) bien. Voici la face B de la biographie Mandela (en partie).

Nous verrons également certains des amis de Mandela. Comme on dit: "dis moi avec qui tu traîne, je te dirais qui tu es".

Cela vaut aussi pour le Dalai Lama que l'on verra en fin d'article. Fawkes

LE POUVOIR OCCULTE DES FRANCS-MAÇONS NOIRS, ALLIÉS DES ILLUMINATI

L’Afrique du Sud a joué un rôle important dans toutes les guerres que connait notre pays, la RD Congo.

En 1996, alors que le Rwanda préparait activement l’invasion du Zaïre, l’Afrique du Sud, de son côté, fournissait armes et munitions au régime de Kigali.  

Lire la suite

Les experts français écartent la thèse de l'empoisonnement de Yasser Arafat - déc 2013


Portrait de Yasser Arafat à Ramallah, en août 2012.

Leurs conclusions étaient très attendues. Les experts mandatés par la justice française pour enquêter sur la mort du chef palestinien Yasser Arafat ont finalement écarté la thèse d'un empoisonnement, a annoncé, mardi 3 décembre, une source proche du dossier citée par l'AFP.

Leur rapport « va dans le sens d'une mort naturelle », dit-elle.

Un résultat que contestent le neveu du défunt dirigeant arabe et un responsable palestinien proche du dossier. La veuve du leader arabe, Souha Arafat, s'est dite « bouleversée » par les contradictions entre experts suisses et français, ajoutant n'accuser « personne ».

Lire la suite

Cisjordanie : un rabbin déclare que les Juifs peuvent tuer les enfants et bébés qui « menacent » Israël - Nov 2013

 Cisjordanie : un rabbin déclare que les Juifs peuvent tuer les enfants et bébés qui « menacent » Israël

Le fanatisme religieux dans toute sa connerie et abomination. Entre les intégristes cathos, mais surtout actuellement , il faut bien le reconnaître, musulmans et juifs, issus des dites « grandes » religions monothéistes (tiens, tiens) c’est la surenchère.

Israël s’enfonce toujours et encore dans le fascisme le plus absolu et dans peu de temps, démographie des intégristes oblige, ce ne sera qu’un Etat religieux intégriste comme tant d’autres dans le Monde musulman actuellement. Ça promet de beaux jours. C’est bien les gars, c’est bien. Quand vous voulez, vous arrêtez de pourrir le Monde avec vos pratiques imbéciles, vos Dieux ne voulaient certainement pas ça.

Lire la suite

Enfants palestiniens : les travailleurs invisibles des colonies israéliennes - Nov 2013

Terrible témoignage de Dina Elmuti sur l’esclavage des enfants palestiniens par les colons israéliens, sur des terres qu’ils ont volées dans la Vallée du Jourdain.

Si vous achetez encore les produits exportés par Israël, c’est que vous n’êtes vraiment pas dégoûtés !

"L’air estival brûlait de plus en plus, lorsque la voiture est descendue vers la vallée du Jourdain. Son sol rouge et fertile répandait de la chaleur sous nos pieds, comme nous nous approchions du champ cultivé où s’éparpillaient des garçons qui ramassaient des légumes.

Lire la suite

La catastrophe humaine de Gaza est une bombe à retardement - Nov 2013

Enfant de gazaAlors que l’attention mondiale est toujours centrée sur le Liban, à moins de 200 km au sud, Gaza constitue une bombe à retardement.

Quelque 1,4 million de personnes, pour la plupart des enfants, sont ­entassées dans l’une des régions les plus densément peuplées du monde, sans liberté de mouvement, aucune place pour courir et nul endroit pour se cacher.

Virtuellement sans accès extérieur depuis juin, Gaza connaît une montée de la pauvreté, du chômage, des pé­nuries et du désespoir. Tristement, ce dont Gaza a le plus besoin aujourd’hui est précisément ce dont il manque le plus : l’espoir.

Plus tôt en septembre, 35 pays, auxquels se sont joints l’ONU, le mouvement de la Croix-Rouge et les ONG, se sont réunis à Stockholm pour contribuer à restaurer quelques petites mesures d’espoir pour la population de Gaza.

Lire la suite

Les Etats-Unis et Israël perdent leur droit de vote à l’Unesco - Nov 2013

Les Etats-Unis et Israël ont perdu vendredi leur droit de vote à l'Unesco pour avoir suspendu leur contribution à l'agence onusienne en octobre 2011 dans la foulée de l'admission de la Palestine en tant que membre à part entière. Les deux pays n'ont pas payé leur cotisation en 2011, 2012 et 2013.

"Les Etats qui n'avaient pas réglé leur cotisation avaient jusqu'à 10h00 aujourd'hui pour présenter une justification de non-paiement et un plan de paiement des arriérés", a-t-on indiqué à l'Unesco, dont l'Assemblée générale se tient à Paris. "A 10h00, rien n'a été reçu de la part des Etats-Unis", a confirmé l'organisme onusien.

La directrice générale de l'Unesco Irina Bokova devrait s'exprimer samedi ou lundi sur la perte du droit de vote américain qui porte un coup à l'organisation internationale dont près d'un quart du budget venait précisément des Etats-Unis.

L'an dernier, Irina Bokova avait indiqué que l'Unesco se trouvait dans une situation désastreuse en raison du gel de la contribution américaine qui a contraint l'Unesco à geler des embauches, annuler des projets et réduire ses dépenses.

Relations houleuses

La perte du vote américain constitue le dernier accroc en date dans les relations mouvementées entre l'agence onusienne et Washington. En 1984, l'administration Reagan avait décidé de quitter l'Unesco, invoquant une mauvaise gestion et une politisation de l'organisation.

En 2003, après près de vingt ans d'absence, l'administration Bush faisait son retour à l'Unesco et s'engageait à participer activement aux programmes de l'agence, qui intervient notamment en faveur de l'éducation et de la protection du patrimoine mondial.

La Palestine membre

L'Unesco est devenue en octobre 2011 la première agence des Nations unies à accueillir la Palestine en tant que membre à part entière, une adhésion qui a suscité une vague d'espoir dans le monde arabe.

Mais cette adhésion de la Palestine a entraîné la suspension des financements américains, qui représentent 22% du budget de l'Unesco, Washington mettant en avant la législation américaine en vigueur depuis les années 1990.

Lire la suite

Israël fait partie de l’Union Européenne et touche des subventions - Oct 2013

Pour toucher des subventions, Israël (qui pratique actuellement l'apartheid) fait partie de l’Union Européenne (c’est le seul État non européen à toucher des subventions de l’Union Européenne). Pour appliquer le Droit, Israël n’est pas dans l’UE.

Le dernier programme pluriannuel de subventions à la recherche de l’UE a donné à Israël plus de 1,5 milliards d’euros d’avantages.

flag

Il existe un projet de directives de la Commission Européenne visant à refuser de distribuer des subventions européennes à des entreprises ou autres activités israéliennes dans les colonies illégales (dans les territoires occupés illégalement par Israël, au delà de la ligne verte). 

Il s’agit simplement pour l’UE de ne pas se rendre complice de graves violations du Droit International et de crimes de guerre. 

Javier Solana, secré­taire général de l’OTAN et ancien chef de la diplo­matie euro­péenne, Mme Benita Ferrero-Waldner, ancienne com­mis­saire euro­péenne pour les rela­tions exté­rieures, ainsi que l’ancien Premier ministre néer­landais Andreas Van Agt, ont par­ticipé à la mise en place de ces directives pour mettre la politique de subventions versées par l’UE en conformité avec le Droit Européen et International. 

Ces nouvelles directives devraient entrer en vigueur le 1er janvier prochain et en par­ti­culier elles devraient s’appliquer au prochain pro­gramme de coopé­ration scien­ti­fique Horizon 2020 (ce sont les programmes de subvention des activités de recherche par l’Union Européenne).

Environ 800 universitaires et chercheurs, dont plus de 700 appartenant à treize États membres de l’Union Européenne, ont écrit à Madame Ashton, Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères, demandant à l’UE de ne pas édulcorer ses nouvelles directives interdisant tout financement par l’UE pour des projets et des entités israéliennes dans les territoires palestiniens occupés.

http://www.aurdip.fr/Des-universitaires-et-des.html

51 parlementaires européens exhortent déjà l’Union Euro­péenne à ne pas assouplir ou retarder l’application de ces directives.

http://www.aurdip.fr/51-MEP-s-call-Ashton-to-implement.html

Mais les gouvernements israélien et américain ont immédiatement mis la pression sur l’UE pour qu’elle édulcore ces directives et les rendent inopérantes. Et madame Ashton a annoncé qu’elle tiendrait compte de leur « sensibilité ».

Les négociations sont sur le point de se terminer par une capitulation complète de l’ UE :

1. Les institutions israéliennes subventionnées par l’UE n’auront pas à certifier qu’ils ne fonctionnent pas dans les territoires occupés. Il reviendra à l’UE de prouver qu’ils le font pour leur refuser des subventions.
2. Des institutions israéliennes hors des colonies illégales pourront recevoir des financements de l’UE et seront autorisées à les transférer aux colonies illégales.

L’UNION EUROPÉENNE VA AINSI AFFECTER UNE PARTIE DE NOS IMPÔTS À LA COLONISATION ISRAÉLIENNE ILLÉGALE DE LA PALESTINE.

C’EST UNE TRAHISON COMPLÈTE DES PRINCIPES FONDATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE.

Lire la suite

Israël lance l’apartheid dès l’école maternelle: Pour la rentrée, les enfants seront séparés par race - Août 2013

 

Il y a d’abord eu l’apartheid  de l’auto-stop et maintenant il y a l’apartheid dans les écoles maternelles. Non, nous ne parlons pas de l’Afrique du Sud d’antan. Nous parlons d’Israël en l’an 2013. Plus précisément, nous parlons de la ville la plus libérale d’Israël, Tel Aviv.

Voici un extrait d’un article publié dans le Daily Beast du 24 Août 2013:

Quand les enfants du sud de Tel-Aviv feront leur rentrée scolaire le mardi [27 Août], les enfants de la maternelle iront dans des établissements séparés selon leurs races. Les enfants de demandeurs d’asile originaires d’Afrique sub-saharienne iront à leurs écoles maternelles et tous les autres enfants vont aller à leurs propres écoles séparées. Depuis cette année, la municipalité de la ville la plus libérale d’Israël a décidé que la politique du ‘’ separate-but-equal ‘’ (séparés mais égaux) pour les enfants de 3 à 6 ans était la voie à suivre en 2013.

Selon un rapport publié par Ynet (édition en hébreu), la ville a construit les nouvelles écoles maternelles pour les enfants noirs après que des habitants juifs israéliens dans le centre-ville aient menacé de garder leurs enfants à la maison plutôt que de leur permettre d’apprendre à compter, colorier et jouer  aux côtés de leurs camarades de l’Érythrée et du Soudan.

Espérons que la société civilisée répondra à ce nouvel apartheid de la même manière qu’il a répondu à l’ancien apartheid : boycott, désinvestissement, sanctions.

En mai 2012, Tel Aviv a été touché par les protestations les plus violentes de son histoire récente, après que plus de 1000 Israéliens soient descendus dans les rues dans le sud de la ville pour exiger l'expulsion des immigrés africains et des demandeurs d'asile

En mai 2012, Tel Aviv a été touché par les protestations les plus violentes de son histoire récente, après que plus de 1000 Israéliens soient descendus dans les rues dans le sud de la ville pour exiger l’expulsion des immigrés africains et des demandeurs d’asile

Lire la suite

Israël : un hôpital interdit aux Noirs - 2 Août 2013

hopitalUn hôpital interdit aux Noirs ? Ça existe.

A Tel-Aviv, la direction d'un hôpital a décidé d'interdire aux migrants et réfugiés africains, qui ne disposent pas d'une autorisation, l'accès à l'établissement.


Lire la suite

Un discours de Mandela sur l'apartheid israélien - 2001

Ce discours de Nelson Mandela a été donné aux Etats-Unis en 2001, à l’occasion de sa rencontre avec Thomas Friedman, un journaliste américain juif, spécialisé dans le Proche-Orient.


Cher Thomas,

Je sais que vous et moi, nous aspirons à la paix au Moyen-Orient, mais avant que vous continuiez à parler des conditions nécessaires d’un point de vue israélien, vous devez savoir ce qui est dans mon esprit. Par où commencer? Que diriez-vous de 1964. Laissez-moi citer mes propres paroles lors de mon procès. Elles sont vraies aujourd’hui, autant qu’elles l’étaient alors: «J’ai combattu contre la domination blanche et j’ai combattu contre la domination noire. J’ai chéri l’idéal d’une société libre et démocratique dans laquelle tous vivraient ensemble en harmonie et avec des chances égales. C’est un idéal pour lequel j’espère vivre. Mais s’il le faut, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir « .

Aujourd’hui, le monde, noir et blanc, reconnaît que l’Apartheid n’a pas d’avenir. En Afrique du Sud, il s’est terminé par notre propre action de masse, pour bâtir la paix et la sécurité. Cette campagne et d’autres actions ne pouvaient qu’aboutir à l’établissement de la démocratie.

C’est peut-être étrange pour vous d’observer la situation en Palestine ou, plus spécifiquement, la structure des relations politiques et culturelles entre les Palestiniens et les Israéliens, comme un système d’apartheid. C’est parce que vous pensez à tort que le problème de la Palestine a commencé en 1967. Cela a été démontré dans votre récent article « Premier Mémo de Bush » dans le New York Times du 27 Mars 2001.

Vous semblez surpris d’entendre qu’il y a encore des problèmes de 1948 à résoudre, l’élément le plus important est le droit au retour des réfugiés palestiniens. Le conflit israélo-palestinien n’est pas seulement une question d’occupation militaire et Israël n’est pas un pays qui a été créé « normalement » et s’est mis à occuper un autre pays en 1967. Les Palestiniens ne luttent pas pour un « Etat » mais pour la liberté, la libération et l’égalité, exactement comme nous avons lutté pour la liberté en Afrique du Sud.

Au cours des dernières années, et surtout pendant le règne du Parti travailliste, Israël a montré qu’il n’était pas encore prêt à rendre ce qu’il avait occupé en 1967, que les colonies restent, Jérusalem est sous souveraineté exclusivement israélienne et les Palestiniens n’ont pas d’ Etat indépendant, mais sont sous domination économique israélienne avec un contrôle israélien des frontières, de la terre, de l’air, de l’eau et de la mer.

Israël ne pense pas à un «Etat» mais à une «séparation». La valeur de la séparation se mesure en termes de capacité d’Israël à garder l’Etat Juif, et à ne pas avoir une minorité palestinienne qui pourrait avoir la possibilité de devenir majoritaire à un certain moment dans l’avenir. Si cela se produit, cela forcerait Israël à devenir soit un Etat démocratique ou bi-national laïque, ou à se transformer en un Etat d’apartheid de facto.

Thomas, si vous suivez les sondages en Israël au cours des 30 ou 40 dernières années, vous trouvez clairement un racisme grossier: un tiers de la population se déclare ouvertement être raciste. Ce racisme est de la nature de « Je hais les Arabes » et « je souhaite la mort des arabes. »

Si vous suivez également le système judiciaire en Israël, vous verrez qu’il y a discrimination contre les Palestiniens, et si vous considérez les territoires occupés en 1967, vous trouverez qu’il y a déjà deux systèmes judiciaires opérationnels qui représentent deux approches différentes de la vie humaine: une pour la vie des Palestiniens l’autre pour celle de la vie juive. En outre, il y a deux approches différentes pour la propriété et à la terre. La propriété palestinienne n’est pas reconnue comme propriété privée car elle peut être confisquée.

Quant à l’occupation israélienne de la Cisjordanie et de Gaza, il y a un facteur supplémentaire. Les soi-disant «zones autonomes palestiniennes » sont des Bantoustans. Ce sont des entités restreintes au sein de la structure de pouvoir du système de l’apartheid israélien.

L’Etat palestinien ne peut être le sous-produit de l’Etat juif, juste pour garder la pureté juive d’Israël. La discrimination raciale d’Israël est la vie quotidienne de la plupart des Palestiniens. Depuis qu’Israël est un Etat juif, les Juifs israéliens sont capables d’accumuler des droits spéciaux que les non-juifs ne peuvent pas avoir. Les Arabes palestiniens n’ont aucune place dans un Etat «juif».

L’apartheid est un crime contre l’humanité. Israël a privé des millions de Palestiniens de leur liberté et de la propriété. Il a perpétué un système de discrimination raciale et d’inégalité. Il a systématiquement incarcéré et torturé des milliers de Palestiniens, en violation des règles du droit international. Il a, en particulier, mené une guerre contre une population civile, en particulier les enfants.

Les réponses apportées par l’Afrique du Sud à des violations des droits de l’homme émanant des politiques d’élimination et de politiques d’apartheid, respectivement, mettent en lumière ce que la société israélienne doit nécessairement passer avant qu’on puisse parler d’une paix juste et durable au Moyen-Orien.

Thomas, je n’abandonne pas la diplomatie au Moyen-Orient. Si vous voulez la paix et la démocratie, je vous soutiendrai. Si vous voulez Apartheid formelle, nous ne vous soutiendrons pas. Si vous voulez soutenir la discrimination raciale et le nettoyage ethnique, nous nous opposerons à vous.

Quand vous saurez ce que vous voudrez, appelez moi.

Lire la suite

La France était le meilleur soutien de l’apartheid en Afrique du Sud

sans-titre.pngLe deal gaulliste était simple : la France ignorait l’embargo sur les livraisons d’armes à l’Afrique du Sud, et en contrepartie, l’Afrique du Sud fournissaitt à la France l’uranium à usage civil et  militaire nécessaire pour le développement de sa production énergétique et la mise à niveau de sa force de frappe.

L’uranium sud-africain a été la condition de la réussite du nucléaire français.  

Acheté hors du contrôle de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, via sa filiale la COGEMA, le CEA a ainsi bénéficié de livraisons d’uranium pour 1000 tonnes par an, pendant plus de dix ans, un apport considérable, représentant la moitié des besoins.

Les contreparties ont été doubles.

D’abord, les ventes d’armes.

Ces années ont été celles d’un flux constant de livraison de matériel militaire, malgré les résolutions que la France avait votées à l’ONU ! 

L’Afrique du Sud était isolée, et le marché était trop tentant…

Le gouvernement français se justifiait par l’argumentaire fatigué de la distinction entre les armes défensives et offensives… une blague éternelle, alors que l’Afrique du Sud cherchait en réalité l’expérience des militaires français dans les guerres d’indépendance.

Sous De Gaulle et Pompidou, l’Afrique du Sud était le 3° client pour l’armement…

Dassault et la SNECMA se sont gavés.

Lire la suite


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site