amnistie

Grande victoire pour les socialistes, la loi qui amnistie les banques pour les emprunts toxiques est définitivement passée - Déc 2013

Les banques deviennent inattaquables grâce à nos chers politiques, impunité totale!

Mais pouvions-nous réellement s’attendre à autre chose?

Elles ont bien été protégées dans d’autres scandales, comme le Libor par exemple…

C’est clair, l’ennemi de Hollande, c’était bien la finance, la nôtre, pas celle des banques !

scandale-banques-libor

Malgré les protestations unanimes des français de tous bords, malgré le refus du Sénat, la loi amnistiant les banques pour les emprunts toxiques est définitivement passée.
Cette victoire contre le peuple français est la victoire des 320 députés socialistes et verts dont les noms suivent.
C’est surtout la victoire d’un homme, Christian ECKERT, rapporteur de la commission, députés des banquiers et, occasionnellement du nord de la Meurthe et Moselle.
Depuis le début il s’est battu comme un lion pour défendre les financiers, niant même le fait que les professionnels pouvaient avoir des problèmes avec leurs banques.
Un amendement annulant cet article 60 criminel avait été adopté.
Seul, il a réussi à le faire annuler.
Le Sénat, écœuré de ces privilèges données aux banques, a refusé en bloc la loi.
Christian ECKERT l’a finalement refait adopter.

Lire la suite

L’amnistie financière (ou comment les responsables de la crise échappent aux poursuites) - Déc 2013

banksters1 Lamnistie financière (ou comment les responsables de la crise échappent aux poursuites)

Article de Paul Jorion sur son blog

Dans un article daté du 12 novembre, intitulé : Why Have No High Level Executives Been Prosecuted In Connection With The Financial Crisis ?, le juge américain Jed Rakoff pose la question de savoir pourquoi aucun banquier n’a été poursuivi à la suite de la crise des subprimes, huit cent d’entre eux l’ayant été, par exemple, dans le sillage de la crise des Savings and Loan, les caisses d’épargne américaines, au milieu des années 1990.

Le juge Rakoff souligne qu’il y aura bientôt prescription pour les faits commis et rappelle que le rapport de la commission consacrée aux subprimes : la Financial Crisis Inquiry Commission, évoquait des faits de fraude pas moins de 157 fois.

Alors que s’est-il passé ? Pourquoi cette absence flagrante d’inculpations? Rakoff formule trois hypothèses.

Lire la suite

Pas de sanction disciplinaire pour le juge qui se masturbait en plein tribunal à Angoulême- Sept 2013

Dans ce triste pays, quand on est juge et pédophile notoire on ne va pas en prison, on est juste poussé à une retraite anticipée…

Lorsque l’on fait des photos pornographiques dans la salle d’audience, on est juste… « muté » !!!

On croit rêver lorsque l’on entend ce genre de fariboles, c’est pourtant la triste réalité de la magistrature maçonnisée. Vous remarquerez que c’est encore un cousin à Éric Z. le donneur de leçon.

Pas de sanction disciplinaire pour le juge onaniste !
PARIS (Reuters) – Un juge surpris alors qu’il se masturbait en pleine audience a bénéficié d’un non-lieu pour raisons médicales de la part du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Le CSM a estimé impossible de sanctionner Philippe Zamour, un juge d’Angoulême déclaré irresponsable par les psychiatres.

Si on comprend bien, le juge onaniste est apte à siéger dans un jugement d’assise mais ne peut être responsable de ses actes ?! Curieux non ? Il peut envoyer des gens en prison pour de longues peines alors que tous connaissent son état de santé.


Un juge se masturbe en pleine audience par rikiai

Lire la suite

Un pédophile français avait déjà été gracié au Maroc - Août 2013

Le roi du Maroc, Mohammed VI, acculé par la pression des manifestations, a annulé la grâce de Daniel Galvan Vina 48 heures après l’annonce de cette décision. La libération de ce délinquant sexuel, condamné pour avoir violé onze mineurs de son entourage, avait poussé les Marocains dans la rue. Cette grâce n’est pourtant pas une première. En 2006, un pédophile français avait retrouvé la liberté dans des conditions similaires, dans l’indifférence générale.

« C’était un agent immobilier qui a purgé deux ans de prison avant d’être gracié par le roi », explique à francetv info Najat Anwar, présidente de l’association Touche pas à mon enfant. Le Français a été reconnu coupable en 2005 du viol d’un mineur âgé de 15 ans, ainsi que de la détention de plus de 140 000 vidéos et 17 000 photos à caractère pédopornographique. Il avait écopé d’une peine de quatre années de prison avant d’être gracié par le roi du Maroc. Publié par le site WikiLeaks, un câble diplomatique du Consulat américain à Casablanca évoquait cette affaire en 2010.

    « Les prisonniers politiques, eux, restent enfermés »

« Nous avions parlé de cette affaire en 2006 et seul un journal avait relayé l’information. On voit que les choses ont changé aujourd’hui », ajoute-t-elle. Selon Najat Anwar, le tabou de la pédophilie est à présent dépassé au Maroc. La militante dédouane cependant le roi Mohammed VI des deux libérations, en parlant d’une erreur de la commission des grâces.

Contacté par francetv info, Ayad Ahram, secrétaire général de l’Association de défense des droits de l’homme au Maroc, constate avec amertume que « le roi gracie des pédophiles alors que des prisonniers politiques sont toujours enfermés dans le pays. » Il s’interroge également sur les pays d’origine des deux criminels : « Des étrangers qui viennent de pays influents dans la région ont été graciés. Je ne dis pas qu’il y a forcément des intérêts politico-stratégiques derrière ces libérations, mais la question mérite d’être posée. »

Source : http://www.francetvinfo.fr/monde/pedophile-gracie/un-pedophile-francais-avait-deja-ete-gracie-au-maroc_384604.html

En Caroline du Sud (USA), si le violeur n'atteint pas l'orgasme, il ne s'agit pas d'un viol - Juillet 2013

L’Université de Californie du Sud fait l’objet d’une enquête fédérale pour de prétendus manquements de la part de ses autorités et de la police du campus dans plusieurs affaires de viol, rapporte le Huffington Post.

Un groupe de 13 étudiantes, agressées sexuellement, ont déposé plainte devant le département de l’Education des Etats-Unis car elles estiment que les administrateurs de l’université ainsi que du ministère de la Sécurité Publique ont fait preuve de négligence dans le traitement de leur cas. Tucker Reed, fondatrice du groupe Students Coalition Against Rape (SCAR), violée par un étudiant du campus en décembre dernier, a déclaré : « La façon dont mon cas a été traité se rapproche d’un second viol ». « Il est incroyable que l'on expulse de l’université une étudiante qui triche mais pas une personne qui commet un viol », poursuit la jeune femme. « Il y a un mépris à l'égard des femmes qui passent par ce genre de traumatismes », a expliqué Reed.

Une autre victime ayant préféré garder l’anonymat a affirmé qu’un fonctionnaire de la police du campus a établi que dans son cas, on ne pouvait pas parler de viol car l’accusé n’avait pas atteint l’orgasme. L’affaire n’a donc pas été confiée au Département de la Police de Los Angeles. « Le fait qu’il se soit retiré signifie qu’il n’y a pas eu de viol et ce, même si son pénis a pénétré ton vagin. Ce n’est pas donc pas un crime car il s’est retenu », a expliqué l’étudiante se référant aux propos du fonctionnaire.

Stéphanie Guerra étudiante de publicité de 21 ans a été violée lors d’une fête universitaire. « Les autorités pensent que nous avons le choix mais ce n’est pas le cas. J’étais ivre mais cela ne signifie pas que j’étais consentante ». Un officier lui a en outre expliqué que les femmes « ne devraient pas sortir et se saouler s’ils ne veulent pas être violées ». « Peut-être est-il plus important de traiter ces affaires de cette manière afin de protéger la réputation des joueurs de football. C’est répugnant », explique Guerra qui fait allusion au cas de Mark Sánchez, ancien joueur de football américain de l’USC, qui évolue aujourd’hui au sein de la NFL et qui a été acquitté dans une affaire de viol en 2006.

Jody Shipper, directrice du bureau de l’équité et de la diversité de l’Université de Californie du Sud, a expliqué que les autorités étaient disposées à collaborer avec le Bureau des Droits Civiques du Département de l’Education pour réformer le protocole si nécessaire. Des enquêtes similaires sont en cours à l’Occidental College, au Swarthmore College, à l’Université de Caroline du Nord et à l'Université du Colorado à Boulder.

video platformvideo managementvideo solutionsvideo player

Source : http://www.express.be/joker/fr/platdujour/une-universite-americaine-estime-que-si-le-violeur-natteint-pas-lorgasme-il-ne-sagit-pas-dun-viol.htm


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site